Passer au contenu principal

«L’esclave vend au chômeur, c’est cela le libre-échange»

Dans sa conquête d’une Europe qu’elle juge à portée de main, Marine Le Pen explique sa stratégie pour unir l’extrême droite.

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, promeut le localisme en matière économique, pour que le commerce ne «puisse tirer bénéfice du dumping social, du dumping fiscal et du dumping environnemental».
Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, promeut le localisme en matière économique, pour que le commerce ne «puisse tirer bénéfice du dumping social, du dumping fiscal et du dumping environnemental».
MATHIAS WALTER

Dans les sondages pour les élections européennes, son parti, le Rassemblement national, est à égalité avec celui du président Macron. Mais Marine Le Pen veut plus, elle veut la tête. Et comme pourfendeuse de l’Union européenne, il ne s’agit plus de la quitter mais de la briser de l’intérieur, pour accoucher d’une «Europe des nations» qui serait, selon elle, au service des peuples et non plus du libre-échange. Interview d’une femme souvent diabolisée mais dont le poids, en Europe, est indéniable.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.