L'Espagne «vouée» à retourner aux urnes

Crise politiqueLe roi d'Espagne Felipe VI a annoncé mardi qu'il n'allait proposer aucun candidat au poste de chef de gouvernement.

Pedro Sanchez et le roi d'Espagne Felipe VI.

Pedro Sanchez et le roi d'Espagne Felipe VI. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Parlement va être dissous et l'Espagne va retourner aux urnes le 10 novembre pour la quatrième fois en quatre ans. Le roi d'Espagne Felipe VI a annoncé mardi qu'il n'allait proposer aucun candidat au poste de chef de gouvernement.

«Aucun candidat ne compte les appuis nécessaires pour que la chambre des députés lui octroie sa confiance», indique un communiqué du palais royal. Le socialiste Pedro Sanchez, vainqueur des élections législatives de la fin d'avril, mais sans majorité absolue à la chambre, n'est pas parvenu à obtenir les soutiens nécessaires à sa reconduction au pouvoir.

«Le pays est voué à [organiser] de nouvelles élections le 10 novembre», a reconnu mardi Pedro Sanchez après avoir été reçu par le roi d'Espagne Felipe VI qui menait depuis lundi des discussions de la dernière chance.

«Le résultat est clair: il n'y a aucune majorité à la chambre des députés pouvant garantir la formation d'un gouvernement, a ajouté le socialiste. J'ai essayé par tous les moyens, mais ils m'ont rendu la tâche impossible», a-t-il encore dit en référence à ses adversaires, qui l'ont eux accusé d'avoir voulu dès le départ de nouvelles élections.

Cette annonce est intervenue après deux jours de consultations de la dernière chance menées par le souverain au palais de la Zarzuela avec les chefs des partis représentés au Parlement.

Instabilité depuis 2015

L'Espagne souffre d'instabilité politique depuis que le bipartisme a volé en éclats en 2015 avec l'entrée en force au Parlement de la gauche radicale de Podemos et des libéraux de Ciudadanos. Le Parlement est encore plus fragmenté depuis l'émergence de l'extrême droite de Vox au dernier scrutin.

Dans un contexte délicat pour l'Espagne sur fond de ralentissement économique et à quelques semaines de la sentence judiciaire sensible contre douze indépendantistes catalans, cette nouvelle impasse va entraîner la dissolution automatique du Parlement le 23 septembre et la convocation d'un quatrième scrutin en quatre ans.

En juillet, Pedro Sanchez avait échoué à obtenir la confiance des députés, faute d'accord avec la gauche radicale de Podemos sur un gouvernement de coalition. Les discussions avec Podemos avaient repris depuis lors, mais sans sortir de l'impasse. La gauche radicale exigeait toujours de rentrer au gouvernement alors que les socialistes proposaient eux un simple programme commun.

Offre surprise des libéraux

Le parti libéral Ciudadanos a bien fait une offre surprise de dernière minute, mais elle semblait vouée à l'échec. Albert Rivera, le chef de Ciudadanos, avait proposé l'abstention sous conditions de sa formation et celle des conservateurs du parti populaire, pour faciliter l'investiture de Pedro Sanchez, dont il ignorait jusque-là les appels du pied.

Mais il exigeait en échange que Pedro Sanchez s'engage à ne pas gracier les indépendantistes catalans s'ils sont condamnés prochainement par la cour suprême pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017.

Il réclamait aussi que les socialistes défassent le gouvernement régional qu'ils ont formé en Navarre et s'allient à la droite afin que leur majorité ne dépende pas du parti séparatiste basque Bildu. Dans tous les cas, le PP, dont les voix étaient indispensables pour que cette offre prospère, a rejeté cette proposition. (ats/nxp)

Créé: 17.09.2019, 21h40

Articles en relation

Pedro Sanchez échoue à se faire reconduire

Espagne N'étant pas parvenu à arracher un accord avec Podemos, le Premier ministre espagnol ne restera pas au pouvoir. Plus...

Sanchez perd le 1er vote de confiance des députés

Espagne Le chef du gouvernement espagnol sortant a échoué à être reconduit au premier tour. Il lui faut désormais obtenir un accord de coalition avant jeudi. Plus...

L'ex-roi Juan Carlos opéré du cœur samedi

Espagne L'ancien souverain d'Espagne, âgé de 81 ans, doit subir une intervention. Mais il ne s'agirait de rien de grave selon le Palais royal. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.