Passer au contenu principal

Etats-UnisEspionnage: une Russe mise en détention

Soupçonnée d'être un agent de Moscou, Maria Boutina a été mise en détention par un magistrat américain, avant son procès.

Un magistrat fédéral américain a ordonné mercredi la mise en détention dans l'attente de son procès de Maria Boutina, une ressortissante russe soupçonnée d'avoir cherché à infiltrer des organisations politiques américaines pour le compte de Moscou. Le juge a justifié sa décision par le risque de la voir prendre la fuite.

Au cours de l'audience, le ministère public a dévoilé une photo montrant Maria Boutina rencontrant un officier de renseignements russe présumé dans un restaurant de Washington. Mardi, un grand jury a confirmé son inculpation pour avoir conspiré avec le gouvernement russe et pour avoir agi en tant qu'agent de Moscou.

Cette accusation est passible de dix ans de prison, soit le double du premier chef d'inculpation. Elle n'est pas accusée d'espionnage ni d'être membre des services de renseignements russes. Elle est soupçonnée d'avoir travaillé sous les ordres d'un haut responsable de la Banque centrale de Russie récemment sanctionné par le Trésor américain, précise le ministère sans dévoiler l'identité de ce responsable.

Liée à la NRA?

Sur sa page Facebook, Maria Boutina se montre souvent en compagnie d'Alexandre Torchine, numéro deux de la Banque centrale de Russie, que le département américain du Trésor a sanctionné en avril. Selon une source proche de l'affaire, la jeune femme âgée de 29 ans était son assistante, mais certains organes de presse parlent d'une relation d'affaires.

Dans sa plainte, le département de la Justice ajoute que Mme Boutina a coopéré avec deux Américains non identifiés et le responsable russe pour tenter d'influencer la politique américaine et d'infiltrer une organisation qui milite pour le droit au port d'armes.

Le mouvement n'est pas non plus mentionné, mais, toujours d'après sa page Facebook, elle a participé à des événements parrainés par la National Rifle Association (NRA). L'organisation s'est refusée à tout commentaire, tout comme la Banque centrale russe et Alexandre Torchine.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.