Passer au contenu principal

L'espoir d'une transition étouffé dans le sang

Le rêve d'alternance véritable des Soudanais s’amenuise devant la répression des militaires, qui ont remplacé l'ancien président.

Au total 27 agents de renseignement ont été condamnés à mort pour le meurtre d'un enseignant durant la crise politique soudanaise. (Lundi 30 décembre 2019)
Au total 27 agents de renseignement ont été condamnés à mort pour le meurtre d'un enseignant durant la crise politique soudanaise. (Lundi 30 décembre 2019)
AFP
Un tribunal de Khartoum doit rendre samedi son verdict à l'encontre de l'ex-président soudanais Omar el-Béchir, accusé de corruption. (Samedi 14 décembre 2019)
Un tribunal de Khartoum doit rendre samedi son verdict à l'encontre de l'ex-président soudanais Omar el-Béchir, accusé de corruption. (Samedi 14 décembre 2019)
AFP
Sudanese top opposition leader and former premier Sadiq al-Mahdi attends Friday prayers at a mosque linked to his National Umma Party in Khartoum's twin city of Omdurman on June 14, 2019. (Photo by Yasuyoshi CHIBA / AFP)
Sudanese top opposition leader and former premier Sadiq al-Mahdi attends Friday prayers at a mosque linked to his National Umma Party in Khartoum's twin city of Omdurman on June 14, 2019. (Photo by Yasuyoshi CHIBA / AFP)
AFP
1 / 87

Des tentes au sol, certaines calcinées, des objets abandonnés çà et là: c'est sur cette artère devant le siège de l'armée à Khartoum, occupée pendant deux mois par des milliers de manifestants, que soufflait l'espoir d'une transition démocratique au Soudan, étouffé lundi dans le sang.

La veille de la fête du Fitr, qui marque la fin du mois de jeûne musulman du ramadan, des hommes armés, nombreux, en treillis, ont brutalement dispersé à l'aube le campement dressé depuis le 6 avril par le mouvement de protestation.

Les manifestants avaient pourtant réussi à mettre fin à une dictature, précipitant la chute du président Omar el-Béchir, destitué par l'armée le 11 avril après 30 ans de règne. Ils avaient ensuite poursuivi leur mouvement pour réclamer aux militaires qu'ils donnent le pouvoir aux civils.

Mais alors qu'elles avaient jusque-là fait preuve de retenue, les forces de sécurité soudanaises ont finalement mis en oeuvre les mots du dictateur déchu qui, au début de la contestation née le 19 décembre, avait sommé «les rats de regagner leur trou».

«Désobéissance civile»

Les chefs de la contestation au Soudan ont appelé samedi à la «désobéissance civile» à partir de dimanche pour faire pression sur les militaires au pouvoir, accusés de répression brutale contre les manifestants.

«Le mouvement de désobéissance civile commencera dimanche et ne se terminera que lorsqu'un gouvernement civil aura été annoncé», a indiqué l'Association des professionnels soudanais (SPA), acteur majeur de la contestation, dans un communiqué.

Cet appel intervient au lendemain de la visite à Khartoum du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, venu en médiateur entre la contestation et le Conseil militaire de transition, au pouvoir depuis la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril.

Il survient aussi cinq jours après la violente dispersion par les forces de sécurité d'un sit-in organisé depuis le 6 avril devant le QG de l'armée à Khartoum, dans le prolongement du mouvement de contestation déclenché en décembre.

Qualifiée de «massacre» par la contestation, cette dispersion a été suivie d'une vague de répression cette semaine. Selon des habitants, un climat de «terreur» s'est emparé de la capitale

«Les rats sommés de regagner leur trou»

Des vidéos sur les réseaux sociaux ont montré des manifestants tentant de prendre la fuite, certains portant des blessés à bout de bras ou sur des brancards.

Proche de la contestation, le Comité de médecins soudanais a avancé le chiffre de 113 morts et plus de 500 blessés. Un bilan contesté par le gouvernement (61 morts).

Selon ces médecins, 40 corps ont été repêchés dans les eaux du Nil. «Un massacre», a dénoncé l'Association des professionnels soudanais (SPA) qui fait partie de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation.

Pour les protestataires, il n'y a pas l'ombre d'un doute: les paramilitaires des Forces de soutien rapide (RSF), qu'ils considèrent comme un avatar des Janjawid, milices accusées d'atrocités durant la guerre civile au Darfour (ouest), sont responsables de la tuerie.

Ces forces armées sont dirigées par un des deux nouveaux hommes forts du pays: le redouté général Mohammed Hamdan Daglo dit «Hemeidti», ancien chef de milices qui ont terrorisé le Darfour, passé numéro deux du Conseil militaire au pouvoir depuis la chute de Béchir.

A la tête du Conseil, le général Abdel Fattah al-Buhrane, un militaire de carrière inconnu du grand public jusqu'à ce qu'il soit propulsé à la tête du pays. Quelques jours avant la dispersion du sit-in, il s'était rendu en Egypte, aux Emirats arabes unis, ainsi qu'en Arabie Saoudite.

«Sous-main»

Officiellement, ces trois pays ont appelé à la reprise du dialogue, mais leurs dirigeants sont soupçonnés par les manifestants et des experts de chercher à maintenir le statu quo et de soutenir l'armée.

Désormais, les généraux soudanais sont sous la pression de la communauté internationale pour céder rapidement le pouvoir. Vendredi, le premier ministre éthiopien s'est rendu à Khartoum pour tenter de résoudre la crise et a lancé un appel au dialogue.

La veille, l'Union africaine (UA) avait suspendu le Soudan «jusqu'à l'établissement effectif d'une autorité civile de transition». Une initiative saluée par l'Union européenne. L'ONU, Washington, Londres et la France avaient eux aussi condamné la répression et appelé à la reprise des négociations.

Après les violences, les protestataires ont rejeté tout dialogue avec un Conseil qui «tue des gens». Les discussions étaient suspendues depuis le 20 mai, les deux parties ne parvenant pas à trouver un accord sur la présidence et la composition du Conseil souverain censé gérer la période de transition pendant trois ans. Après l'intervention éthiopienne, l'ALC a déclaré envisager une reprise des discussions, opposant toutefois des conditions: la «reconnaissance» par le pouvoir des violences sur les manifestants, la libération des prisonniers et le «retrait» de la présence militaire dans tout le pays.

«Terreur»

Depuis l'évacuation du sit-in, les rues de la capitale sont restées quasiment désertes. Certains habitants ont avoué vivre dans la «terreur». Ces derniers jours, les membres des RSF, en uniformes beiges et armés de kalachnikov, ont déambulé dans les rues, à pied ou à bord de pick-up, lourdement armés.

Le lieu du sit-in est inaccessible, surveillé par l'armée et des membres des RSF. Les barrages de fortune, montés par les manifestants pour empêcher les forces de l'ordre de passer, ont été retirés, tout comme des affiches réclamant «le pouvoir aux civils» et «le renversement du Conseil».

Mais le mouvement de contestation, né après la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, espère encore un soubresaut. Les chefs de la contestation ont appelé à continuer «la révolution», à la «désobéissance civile» et à des «rassemblements pacifiques».

Selon des observateurs, il y a un risque réel que la situation s'enlise dans une guerre civile.

Trois jours après la fin du sit-in, quelques magasins avaient rouvert leur grille à Khartoum. Des files de Soudanais se formaient à nouveau devant les enseignes, dans un pays qui manque de tout, pris à la gorge par une économie exsangue et une inflation galopante.

Vendredi, quelques voitures osaient s'aventurer sur les principales artères de Khartoum, qui sortait lentement de la torpeur dans laquelle la violence l'a fait sombrer.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.