Passer au contenu principal

LibyeLes Etats-Unis ne soutiennent pas Haftar

Le gouvernement al-Sarraj assure être soutenu par les Etats-Unis et être considéré comme le seul gouvernement légitime.

Fayez al-Sarraj (au centre avec les lunettes noires) est bel et bien soutenu par les Etats-Unis.
Fayez al-Sarraj (au centre avec les lunettes noires) est bel et bien soutenu par les Etats-Unis.
AFP

Le vice-Premier ministre du gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, Ahmed Meitig, a assuré vendredi à Washington avoir reçu des garanties du soutien américain dans sa lutte contre Khalifa Haftar. Des doutes étaient survenus depuis une conversation téléphonique entre Donald Trump et le maréchal à la mi-avril.

Ce dernier, homme fort de l'est libyen, a lancé début avril une offensive en vue de s'emparer de Tripoli, siège du Gouvernement d'union nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, le seul reconnu par la communauté internationale. Après cette discussion entre le président américain et le maréchal Haftar, la Maison Blanche avait alors évoqué une «vision commune» des deux hommes pour la Libye.

Depuis, ce soutien a fait planer des doutes au sujet de la position américaine à l'égard du GNA. «Avant de venir ici, il y avait beaucoup de rumeurs selon lesquelles les Etats-Unis ne soutenaient pas notre gouvernement», a reconnu Ahmed Meitig après des entretiens avec le département d'Etat et des parlementaires américains. «Je rentre à la maison avec un message différent: les Etats-Unis nous soutiennent en tant que gouvernement légitime de Libye», a-t-il affirmé à des journalistes.

Prudence

Le département d'Etat américain s'est toutefois montré prudent. Il a appelé à la «stabilisation» du pays, à un «cessez-le feu à Tripoli et alentour», et à la reprise des négociations entre le Premier ministre al-Sarraj et le maréchal Haftar.

Le vice-Premier ministre du GNA a aussi exhorté Washington à utiliser son influence pour isoler Khalifa Haftar, soutenu par des alliés des Américains comme les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite et l'Egypte. «Nous ne demandons pas de soutien financier ou militaire aux Etats-Unis. Nous avons besoin d'une aide diplomatique déterminée», a-t-il dit.

«Les Etats-Unis ont beaucoup d'amis et d'alliés dans la région, et ces amis et alliés des Etats-Unis s'ingèrent lourdement et fortement dans les affaires libyennes», a-t-il déploré. «Nous voulons que les Etats-Unis adressent un messages clair à ces pays, pour qu'ils restent à l'écart de la Libye.»

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.