Passer au contenu principal

L’étau se resserre autour du président Maduro

Les Etats-Unis ont durci le ton face à Maduro, lundi, au terme d'une réunion consacrée à la crise vénézuélienne.

Une Vénézuélienne crie sa colère contre Maduro à Bogota.
Une Vénézuélienne crie sa colère contre Maduro à Bogota.
AFP

Le vice-président des Etats-Unis, Mike Pence, a affirmé lundi que le gouvernement de Donald Trump envisageait toutes les éventualités face au président vénézuélien Nicolas Maduro.

«Nous espérons une transition pacifique vers la démocratie. Mais le président Trump a été clair: toutes les options sont sur la table», a déclaré Mike Spence devant le Groupe de Lima, réuni à Bogota pour étudier une issue à la crise au Venezuela, en présence de l'opposant Juan Guaido.

Les Etats-Unis ont infligé lundi des sanctions financières contre quatre gouverneurs d'Etats vénézuéliens proches de «l'ex-président Nicolas Maduro», a indiqué le Trésor américain.

Ces gouverneurs sont accusés d'être «impliqués dans une corruption endémique et de bloquer la livraison de l'aide humanitaire primordiale, ce qui amplifie la crise humanitaire causée par le régime illégitime de Maduro», selon le communiqué du Trésor.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro refuse cette aide humanitaire, y voyant un prétexte à une intervention militaire américaine pour l'évincer du pouvoir. Des camions chargés de produits de première nécessité, destinés à pallier de graves pénuries, ont dû rebrousser chemin samedi face au blocage frontalier ordonné par le gouvernement, qui a dégénéré.

Au moins quatre personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées lors de heurts aux frontières avec la Colombie et le Brésil, où une autre partie de l'aide est entreposée. Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a réitéré «le total soutien» des Etats-Unis envers le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido, reconnu par Washington comme le président intérimaire du Venezuela.

Le Trésor a mis sur sa liste noire des sanctions les noms de quatre gouverneurs, dont les éventuels avoirs détenus directement ou indirectement aux Etats-Unis sont gelés. Les sanctions interdisent également à tout ressortissant ou compagnie américaine à faire des affaires avec eux.

Parmi ces quatre responsables politiques figure Omar Prieto Fernandez, gouverneur de l'Etat de Zulia, dans le nord-ouest du pays.

«Alors que le peuple vénézuélien souffre d'un manque d'accès à des produits quotidiens essentiels, M. Prieto a menacé le 12 février de visites» par les autorités «des domiciles des membres de l'opposition qui aident à la livraison de l'aide humanitaire», affirme le Trésor américain.

Sont également sanctionnés Ramon Carrizalez, gouverneur de l'Etat d'Apure à l'ouest, Jorge Garcia Carneiro, gouverneur de l'Etat de Vargas depuis 2008, et Rafael Lacava, de l'Etat de Carabobo et maire du plus grand port vénézuélien, Puerto Cabello. M. Lacava, que les Américains considèrent comme «un ami et intermédiaire important de l'ex-président Maduro», est aussi accusé de dissimuler des fonds en Suisse et en Andorre.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.