Les étrangers de l'EI, casse-tête pour les Kurdes

SyrieQuelque 900 djihadistes étrangers, originaires de 44 pays, sont incarcérés dans les geôles kurdes, sans compter les femmes et les enfants.

Les forces kurdes aimeraient bien se débarrasser des djihadistes étrangers.

Les forces kurdes aimeraient bien se débarrasser des djihadistes étrangers. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les forces kurdes en Syrie, fer de lance de la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), détiennent des centaines de djihadistes étrangers présumés, mais aussi des femmes et des enfants. Ce dossier constitue un véritable casse-tête pour les autorités semi-autonomes kurdes, qui refusent de juger ces étrangers et réclament leur rapatriement vers leur pays d'origine.

Quelque 900 djihadistes étrangers, originaires de 44 pays, sont en détention, selon Nouri Mahmoud, porte-parole de la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du Peuple (YPG). Environ 550 femmes et 1200 enfants vivent dans des camps mis en place pour accueillir les familles de djihadistes, selon des responsables kurdes.

«Certaines femmes ont quatre enfants, chacun d'un père différent et chaque père (vient) d'un pays différent», assure Abdel Karim Omar, en charge des Affaires étrangères au sein de l'administration kurde.

Parmi les détenus les plus connus, figurent les Britanniques Alexanda Amon Kotey et El Shafee el-Sheikh, qui faisaient partie d'un quatuor surnommé par leurs otages «les Beatles» en raison de leur accent anglais. Leur unité avait enlevé des journalistes étrangers, puis torturé et décapité certains captifs.

Le Français Adrien Guihal fait également partie des prisonniers. C'est par sa voix que l'EI avait revendiqué l'attentat de Nice en 2016. Deux autres figures de l'organisation, Thomas Barnouin et Emilie König, sont également emprisonnées. De nombreux détenus n'ont aucun papier d'identité, affirme Abdel Karim Omar.

Pas de procès

Certains étrangers sont en détention depuis plus d'un an. Leur sort reste incertain. «Nous jugeons les mercenaires syriens de l'EI. Mais nous ne jugerons pas les étrangers», insiste M. Omar. «Ils sont très nombreux. C'est un lourd fardeau que nous ne pouvons pas assumer seuls».

A titre de comparaison, en Irak, plus de 300 personnes ont été condamnées à mort et autant à la prison à vie pour avoir rejoint l'EI, dont des dizaines d'étrangers, selon des sources judiciaires. «Nous n'avons pas une législation qui autorise la peine de mort. Si nous les condamnons et qu'ils finissent de purger leur peine de prison, où iront-ils?», demande M. Omar.

Son administration tente de faire «pression sur les gouvernements (étrangers) pour qu'ils reprennent leurs citoyens».

Quid des Occidentaux?

La Russie, l'Indonésie, mais aussi le Soudan ont accepté de reprendre certains ressortissants, principalement des femmes et des enfants, indique M. Omar. Mais dans leur grande majorité, les pays occidentaux rechignent à faire de même.

Pour le chef d'état-major américain Joe Dunford, le retard dans les rapatriements est dû à «des considérations politiques et des cadres légaux inadaptés». Au moins deux Américains, un homme et une femme - mère de quatre enfants -, accusés d'avoir collaboré avec l'EI en Syrie ont été rapatriés aux Etats-Unis pour y être jugés, a annoncé Washington en juillet.

La France, elle, insiste pour que ses ressortissants soient jugés sur place, tout en rejetant la peine de mort. Les familles et les avocats des détenus plaident pour un retour et un passage devant la justice française. Quelques dizaines de Français soupçonnés d'avoir rejoint l'EI sont actuellement retenus en Irak et en Syrie avec plusieurs dizaines de mineurs, d'après une source proche du dossier.

Le Royaume-Uni fait preuve de la même réticence. Les autorités ont indiqué qu'Alexanda Amon Kotey et El Shafee el-Sheikh n'étaient plus des «citoyens britanniques», laissant entendre qu'ils avaient été déchus de leur nationalité.

Londres a entamé des contacts avec Washington pour qu'ils soient jugés aux Etats-Unis, avant d'annoncer une «pause» dans la coopération. Des informations de presse assuraient en août que les deux hommes pourraient être envoyés à Guantanamo.

Négociations

Les autorités kurdes ont réussi à établir des contacts avec les Pays-Bas, le Danemark et le Canada, selon M. Omar. Avec le Canada, les négociations selon lui, étaient parvenues à un stade avancé, «mais le gouvernement a tout arrêté, on ne sait pas pourquoi».

Interrogé par l'AFP, un porte-parole des Affaires étrangères canadiennes a assuré que «toute information sur une entente en vue du rapatriement de citoyens canadiens de Syrie est sans fondement».

Pour les autorités kurdes, il est essentiel de maintenir des liens étroits avec les Etats-Unis, à la tête d'une coalition internationale qui soutient les forces kurdes dans la lutte anti-EI, mais aussi avec la France, partenaire clé.

Un commandant militaire kurde évoque sous le couvert de l'anonymat des «réunions» avec le gouvernement français. «Mais on ne veut pas faire pression pour qu'il reprenne les djihadistes français, ni le mettre dans l'embarras». Dans cette optique, il a été décidé de ne pas présenter aux médias les djihadistes français ou américains, affirme-t-il. (ats/nxp)

Créé: 24.10.2018, 07h48

Galerie photo

Syrie: les États-Unis veulent se retirer

Syrie: les États-Unis veulent se retirer Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient déclenché en avril des frappes concertées en Syrie contre le régime de Bachar el-Assad. Donald Trump veut rapatrier ses troupes.

Articles en relation

150 enfants de djihadistes français seraient en Syrie

Terrorisme Paris prépare le retour sur le sol français, avec l’accord des mères, des dizaines d'enfants dont les parents avaient rejoint l’EI. Plus...

L'EI libère six des 27 otages de Soueida

Syrie Daech a libéré six des 27 otages de la province de Soueida contre des prisonnières de l'EI détenues par Damas et une rançon. Plus...

Sommet à Istanbul sur le conflit en Syrie

Turquie Macron, Merkel, Poutine et Erdogan se pencheront sur la crise en Syrie à l'occasion d'un sommet le 27 octobre à Istanbul. Plus...

Idleb: les djihadistes ne désarment pas

Syrie Les djihadistes de la province d'Idleb refusent de se retirer malgré la date-limite prévue pour leur départ par le plan russo-turc. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.