Etudiante Louise Lavergne: l'assassin se serait suicidé

BelgiqueL'homme de 54 ans avait poignardé à mort une étudiante française en octobre dernier. Incarcéré, il se serait donné la mort dans sa cellule, samedi en Belgique.

Le meurtrier a été retrouvé mort samedi matin dans sa cellule de la prison de Lantin en Belgique. (Image prétexte)

Le meurtrier a été retrouvé mort samedi matin dans sa cellule de la prison de Lantin en Belgique. (Image prétexte) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le meurtrier d'une étudiante française, poignardée à Liège (est de la Belgique) en octobre dernier, a été retrouvé mort samedi matin dans sa cellule de la prison de Lantin, près de Liège, rapportent les médias belges. La thèse du suicide est privilégiée, selon les médias.

Louise Lavergne, 24 ans, originaire du Mans (ouest de la France), étudiante à la faculté vétérinaire de Liège, avait été retrouvée morte poignardée dans son logement le 9 octobre. Un de ses voisins d'immeuble, un homme de 54 ans déjà condamné pour des faits de viol en 2004 et 2006, selon les médias, avait été rapidement inculpé et écroué après être passé aux aveux.

Il avait été interpellé en raison notamment de la présence d'une chaussette tâchée de sang dans une poubelle lui appartenant.

L'affaire avait suscité des remous au sein de la police locale et un inspecteur avait été suspendu à la suite du meurtre de la jeune étudiante. Les autorités locales et la police avaient reconnu une erreur de traitement d'une plainte déposée par la victime deux ans avant sa mort, dans laquelle elle avait fait état d'avances sexuelles déplacées de la part de son futur meurtrier.

Le meurtrier présumé, qui au moment des faits était en liberté conditionnelle sous surveillance électronique, avait tenté de séduire sa jeune voisine en lui faisant parvenir une lettre enflammée et en s'exhibant nu devant elle, selon plusieurs journaux. Elle avait fait état de ce comportement déplacé en février 2015 devant un policier de Liège qui avait alors rempli «une fiche d'information, alors que les faits justifiaient de rédiger un procès-verbal».

A cause de cette faute, le signalement n'était pas remonté au niveau judiciaire. A l'époque le parquet aurait pu avoir accès aux antécédents de l'homme. (afp/nxp)

Créé: 23.06.2018, 20h07

Articles en relation

Etudiante tuée: le «coup de folie» du voisin ivre

Belgique L'homme qui a poignardé une étudiante française retrouvée morte le 9 octobre à Liège estime avoir «cédé à un coup de sang». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.