Des implants de stérilisation suspendus

BruxellesLa commercialisation des implants Essure est suspendue pour trois mois dans l'ensemble de l'Union européenne (UE).

Les implants sont commercialisés par Bayer.

Les implants sont commercialisés par Bayer. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'organisme chargé de renouveler la certification de ces implants contraceptifs a requis des éléments complémentaires avant de se prononcer.

Ces petits implants de stérilisation féminine en forme de ressort, commercialisés par le laboratoire allemand Bayer, sont contestés par certaines femmes, en raison d'effets indésirables parfois graves survenus après leur implantation.

Pour être commercialisé dans un pays de l'UE, un dispositif médical doit obtenir un «marquage CE» de la part d'un organisme de certification situé dans l'un des pays membres. Valable pour l'ensemble des autres pays de l'Union, cette certification est ensuite soumise à renouvellement régulier.

L'Agence française du médicament (ANSM) demande, quant à elle, «par mesure de précaution, de ne plus implanter dès à présent» ce dispositif. Elle exige aussi au laboratoire Bayer «de procéder au rappel des produits en stock» dans les établissements de santé.

Conclusions rassurantes en avril

L'organisme sanitaire français souligne toutefois que cette suspension «n'est pas de nature à remettre en cause à ce stade» les conclusions rassurantes rendues en avril par un comité d'experts indépendants.

Ce comité, saisi par l'ANSM suite à l'augmentation des signalements d'effets indésirables liés à l'implant, avait estimé qu'il n'était «pas nécessaire» de modifier la réglementation sur ce dispositif du laboratoire Bayer. Il avait, en revanche, recommandé de mieux informer les femmes envisageant cette méthode des risques et des «possibilités d'échec», «afin de permettre une décision éclairée».

L'agence sanitaire du Brésil Anvisa avait, elle aussi, suspendu la vente de ces implants en février, avant de lever l'interdiction le 11 juillet, après avoir reçu «la documentation et les résultats des tests qui avaient été exigés». (ats/nxp)

Créé: 06.08.2017, 10h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...