Gênes risque l’asphyxie économique

ItalieAvec le pont Morandi, la ville perd l’une de ses artères principales et fait face à un casse-tête logistique.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les spectacles ont été annulés dans toute la Péninsule. À Rome, les lumières du Colisée seront éteintes en signe de deuil et aucun match de football ne se jouera. Ce samedi, l’Italie rend hommage aux victimes du pont Morandi. Et à Gênes, la rage est telle que dix-sept familles de victimes ont refusé de participer aux funérailles nationales organisées par l’État italien, préférant pleurer leurs morts dans l’intimité.

Lorsque la messe sera dite, la vie tentera de reprendre son cours dans la ville meurtrie. Mais depuis l’effondrement du pont, tout est compliqué. «Ce drame va avoir des répercussions importantes sur la vie quotidienne des Génois, sur le plan social et économique», assure Luigi Merlo, ancien président de l’autorité portuaire génoise et actuel président de Federlogistica-Conftrasporto, l’association de la logistique et des transports.

Depuis mardi dernier, la ville est coupée en deux, car le pont Morandi était la voie centrale du trafic routier. Pour aller d’un point à l’autre, pour se rendre à l’aéroport ou emprunter l’autoroute qui mène vers le nord du pays ou la France, il fallait passer sur le pont. Des itinéraires alternatifs ont été mis en place, avec notamment la réouverture en catastrophe de la via Guido Rossa ou via Aurelia, l’antique voie romaine qui relie Rome à la France via Gênes.

L’enjeu crucial du port

Mais la circulation risque d’être rapidement saturée: au transit journalier des résidents et des poids lourds sur le pont Morandi s’ajoutait le trafic portuaire. Le plan de sécurisation des ponts et des axes routiers promis par le gouvernement au lendemain de la tragédie risque encore de compliquer la circulation puisque, pour contrôler les ouvrages, il faut barrer provisoirement des voies d’accès. «Depuis deux jours, les ferry-boats ont commencé à arriver avec leur chargement de passagers, quelle voie vont-ils devoir emprunter? Cela va devenir compliqué de gérer la situation au quotidien et nous allons faire face à des pertes économiques importantes», soupire Mario, un chauffeur de taxi génois.

Beaucoup craignent que le Salon nautique, qui se tient chaque année en septembre, ne soit délocalisé à Monte Carlo. Pire, une partie du trafic portuaire (ferry-boats, paquebots de croisière, porte-conteneurs) pourrait être déviée ailleurs et 50 000 emplois seraient en jeu. Le port, qui faisait déjà face à des problèmes d’infrastructures, est encore plus handicapé par le drame de mardi. «Les travaux pour construire une nouvelle autoroute reliant Gênes à Vintimille n’ont pas été terminés, le réseau ferré est inadéquat, le transport des marchandises et l’acheminement des matériaux vers les chantiers navals seront pénalisés et peut-être remis en question», craint Luigi Merlo.

Transports nocturnes

Selon un rapport publié au printemps dernier, le port – l’un des principaux sites européens avec 51,3 millions de tonnes de marchandises par an – génère une valeur annuelle de 10,9 milliards d’euros. Chaque jour, 4000 poids lourds y transitent et la station maritime accueille chaque année 3 millions de passagers. «L’an dernier, le volume global du trafic de marchandises a augmenté de presque 10%, le tourisme représente 15% du PIB régional avec 15 millions de visiteurs par an», détaille Giovanni Mondini, président de Confindustria Genova, l’association des industriels régionaux. Qui poursuit: «Pour faire face aux difficultés de déplacement après l’effondrement du pont, nous réfléchissons à un système de transport nocturne pour les marchandises et à ouvrir les terminaux la nuit, car on ne pourra pas utiliser les parcours ordinaires de jour.» Comme les 50 opérateurs portuaires réunis en urgence au lendemain du drame pour évaluer son impact économique, Giovanni Mondini souhaite que les travaux en cours soient rapidement bouclés.

Mais trouver des solutions pour les 25,5 millions de véhicules qui traversaient le pont Morandi chaque année – soit 30% du trafic routier sortant de Gênes – n’est pas une mince affaire. À part la remise en ordre des ponts et chaussées de la ville évoquée par le gouvernement, il va falloir également réparer le tronçon de voie ferrée et les hangars de stockage endommagés lors de l’écroulement du pont. Le gouvernement a promis d’agir, et vite. À Gênes, on craint que ce ne soient que des mots. (24 heures)

Créé: 17.08.2018, 21h09

Encore cinq personnes à retrouver

Cinq personnes sont portées disparues après l’effondrement du pont autoroutier mardi à Gênes, a annoncé vendredi la Protection civile italienne. Les précédentes estimations faisaient état de 10 à 20 disparus.

Le bilan de l’effondrement des 200 m de pont, précipitant dans le vide les véhicules d’une hauteur de 50 m, reste à 38 morts, a rappelé le procureur de Gênes, Francesco Cozzi, à la veille du week-end. Dix personnes sont encore hospitalisées, dont six dans un état grave, indique la Protection civile. Près de 560 personnes ont dû quitter leur logement en raison du risque d’effondrement d’autres sections du viaduc, ajoute-t-elle.

L’espoir de retrouver des survivants, trois jours après la catastrophe, est minime mais les sauveteurs travaillent en continu. Ils veulent encore croire que des gens sont peut-être bloqués dans des «poches de survie» formées entre les blocs de béton. «Nous travaillons en synchronisation avec des équipes cynophiles et du matériel de terrassement, explique Stefano Zanut, un des pompiers mobilisés. Nous créons des ouvertures dans les décombres par où les chiens renifleurs peuvent entrer», ajoute-t-il.
Reuters

Articles en relation

La récupération politique se greffe sur les ruines du pont

Tragédie de Gênes Le gouvernement accable la société exploitante de l’A10. Un procès qui sert aussi à laver le passé du Mouvement 5 Étoiles. Plus...

Ponts fragiles en Europe

Tragédie de Gênes En Italie, où dix ponts se sont effondrés depuis 2013, le débat sur la sécurité fait rage. Qu’en est-il ailleurs? Quatre exemples. Plus...

Sous le pont Morandi, les habitants vivent en sursis

Gênes Un pilier menace de s’effondrer sur le quartier ouvrier où se mêlent la peur et la tristesse. Plus...

L’Italie s’inquiète pour ses milliers d’ouvrages routiers en fin de vie

Gênes Après la tragédie de Gênes, les questions sur la qualité des infrastructures routières fusent en Italie. Plus...

«Les ponts devraient être traités comme des corps vivants»

Italie L’architecte génois Renzo Piano espère que la tragédie qui frappe Gênes, sa ville d'origine, conduira à des réformes majeures. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.