Des pro-Russes armés contrôlent le Parlement de Crimée

Ukraine Des hommes armés occupent les bâtiments du Parlement et du gouvernement de Crimée. Majoritairement russophone, la région risque de faire sécession.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que l'Ukraine, qui sort de trois mois de crise , doit entériner ce jeudi 27 février son nouveau gouvernement, et que l'ex-président Viktor Ianoukovitch demande protection à la Russie, plusieurs dizaines d'hommes armés ont pris le contrôle du siège du gouvernement et du parlement de Crimée, péninsule russophone du sud de l'Ukraine, sur lesquels ils ont hissé le drapeau russe.

Sur le toit du Parlement, le drapeau russe a été ajouté (Image prise sur le fil Twitter d'East of Brussels) <

Une cinquantaine d'hommes, équipés d'«armes modernes», sont arrivés au cours de la nuit et empêchaient jeudi les employés d'entrer dans les bâtiments, a déclaré le Premier ministre de Crimée, Anatoli Mohilyov.

Mise en alerte de l'ensemble de la police

Les autorités locales s'apprêtent à «prendre des mesures», a-t-il ajouté, en précisant qu'il allait entamer dans la matinée des négociations avec le groupe armé qui s'est emparé des deux bâtiments. Le ministre ukrainien de l'Intérieur par intérim, Arsen Avakov, a pour sa part annoncé la mise en alerte de l'ensemble de la police, dont les forces spéciales.

Cette mesure, avec l'encerclement du quartier du parlement à Simféropol par les forces de l'ordre, est destinée à éviter «un bain de sang parmi la population civile» et «l'évolution de la situation en affrontements armés», a indiqué M. Avakov sur sa page Facebook. «Les provocateurs sont en marche», a-t-il ajouté. Il faut garder «la tête froide».

Référendum demandé

La Crimée, peuplée majoritairement de russophones, est la région d'Ukraine la plus susceptible de s'opposer aux nouvelles autorités en place à Kiev après le renversement de Viktor Ianoukovitch la semaine dernière. Une barricade a été installée devant le parlement.

Une vingtaine de policiers non armés a fait reculer la foule de curieux, surtout des pro-russes, qui se massaient devant les deux bâtiments du parlement et du gouvernement, distants d'environ 300 mètres. «On a maintenant l'espoir que les nationalistes (ukrainiens) ne viendront pas ici. La situation à Kiev est anticonstitutionnelle, ce qui se passe ici est une réponse adéquate au coup d'État là-bas», a jugé dans la foule Serguei Vladimirovitch, un retraité, en référence à la destitution du président Viktor Ianoukovitch.

Cette photo pris sur Twitter, montre des tank russes roulant en direction de Sewastopol <

La Crimée, qui avait d'abord appartenu, au sein de l'URSS, à la Russie, a été rattachée à l'Ukraine en 1954. Elle continue d'héberger la flotte russe de la mer Noire dans ses quartiers historiques, la ville portuaire de Sébastopol.

Les pro-russes réclament la tenue d'un référendum sur le statut de la Crimée, dans le sud de l'Ukraine, en proie à des tensions séparatistes qui se sont accrues depuis la destitution la semaine dernière du président Viktor Ianoukovitch.

Affrontements entre pro-russes et pro-nouveau gouvernement

Mercredi, de brefs affrontements ont opposé des manifestants pro-russes et des partisans des nouvelles autorités ukrainiennes à Simféropol, alors que le chef du parlement local excluait tout débat sur une éventuelle sécession.

Plus de 5.000 personnes s'étaient regroupées mercredi devant le parlement de Crimée, Tatars d'un côté, les plus nombreux, pro-russes de l'autre.

Le corps d'un homme, apparemment mort d'une «crise cardiaque» et ne portant pas de signes de violences, avait été trouvé près du parlement après ces heurts

(ats,afp/nxp)

Créé: 27.02.2014, 11h25

Articles en relation

Poutine accorde sa protection à Ianoukovitch

Ukraine Le président ukrainien destitué par la Parlement a demandé à la Russie de garantir sa sécurité. Une source au sein du pouvoir russe a fait savoir que cette demande avait été satisfaite sur le territoire russe. Plus...

Vers un gouvernement d'union nationale en Ukraine

Transition politique Le Parlement ukrainien doit approuver jeudi la composition du nouveau gouvernement et la nomination du pro-européen Arseni Iatseniouk à sa tête, sur fonds de tensions accrues entre Moscou et Washington, tandis que l'ancien président ukrainien reste introuvable. Plus...

Ukraine: Iatseniouk face à une tâche herculéenne

REVOLUTION Le conseil du Maïdan a désigné mercredi soir le pro-européen Arseni Iatseniouk comme Premier ministre. Celui-ci devra tenter d'empêcher l'Ukraine de sombrer dans la banqueroute. Plus...

Poutine fait vérifier si ses troupes sont prêtes au combat

Russie Le président russe Vladimir Poutine a ordonné mercredi une inspection surprise des troupes des districts militaires de l'Ouest et du Centre, non loin de l'Ukraine, pour vérifier leur aptitude au combat. Plus...

L'Ukraine annoncera ce soir son nouveau gouvernement

Transition Un député a indiqué que la composition des ministres sera dévoilée sur la place Maïdan, devant les manifestants. Plus...

Google Map

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.