L'UE se dote d'une liste noire d'animaux et de plantes

InterdictionD'ici 2016, des animaux et des plantes resteront aux portes de l'Europe car ils menacent santé et écosystème. Les eurodéputés prévoient toutefois des exceptions pour les espèces nuisibles mais au fort potentiel économique.

Le vison est une des espèces qui a suscité le plus de discussions.

Le vison est une des espèces qui a suscité le plus de discussions. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certaines de ces espèces resteront pourtant admises, comme le vison élevé pour sa fourrure, a indiqué mardi une source européenne.

Un accord en ce sens a été trouvé entre les institutions européennes, sur la base d'une proposition faite en septembre par la Commission européenne et souhaitée de longue date par les organisations environnementales.

Contrairement à ce que prônait la Commission, la liste ne sera pas plafonnée à 50 espèces invasives mais restera ouverte pour permettre de lutter contre de nouvelles intrusions. L'importation, achat-vente, utilisation ou libération dans la nature de végétaux, animaux et micro-organismes recensés seront interdits.

Douze milliards d'euros par an

Mondialisation oblige, l'arrivée d'espèces allochtones a pris des dimensions préoccupantes en Europe, avec plus de 12'000 recensées, dont environ 15% qualifiées d'envahissantes, selon la Commission.

Cette colonisation est estimée coûter au moins 12 milliards d'euros par an à l'Europe. Les cas de l'ambroisie, une plante allergisante et nuisible aux récoltes, ou du frelon asiatique, illustrent les dommages qui peuvent être infligés au biotope européen.

En vertu de ce règlement, qui doit encore être avalisé en avril par le Parlement européen, les Vingt-Huit devront analyser les canaux d'entrée de ces envahisseurs et établir des sanctions pour les contrevenants. Ils devront aussi prendre des mesures de gestion pour les espèces déjà trop largement répandues pour pouvoir être éradiquées.

Dérogations

Suite à une levée de boucliers des éleveurs de visons, notamment au Danemark, les gouvernements et eurodéputés ont toutefois imposé à la Commission une possibilité d'exemption pour les espèces réputées nuisibles mais présentant un fort intérêt économique. L'écologiste française Sandrine Bélier s'est insurgée contre ces dérogations, «qui fragilisent l'objectif» du règlement.

La Hongrie s'est opposée au projet, invoquant un risque d'interdiction sur une espèce d'acacia cultivée dans le pays, tandis que la Commission a dû démentir de nouvelles allégations d'eurosceptiques britanniques selon lesquelles le projet menacerait nombre de plantes ornementales, dont le rhododendron. (ats/nxp)

Créé: 18.03.2014, 12h02

Articles en relation

Les plantes invasives sont toujours vendues en grande surface

Flore Alors que des millions sont dépensés pour les éradiquer, les espèces envahissantes font le beurre des garden-centers. Plus...

Apparition d'une chenille vorace à Bienne

espèces invasives Un papillon asiatique particulièrement vorace a fait son apparition à Bienne. Il est connu pour s'attaquer en particulier au buis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.