Le mauvais élève polonais espère sortir du charbon

ClimatA quelques jours de la COP 25 de Madrid et un an après celle de Katowice, le pays veut se débarrasser de sa réputation de grand pollueur de l’Europe. Un pari difficile.

Des nuages de fumée s’échappent des cheminées géantes de la centrale thermique la plus puissante d’Europe
à Belchatów, qui brûle des tonnes de lignite, la forme la plus sale du charbon.

Des nuages de fumée s’échappent des cheminées géantes de la centrale thermique la plus puissante d’Europe à Belchatów, qui brûle des tonnes de lignite, la forme la plus sale du charbon.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Roman tousse. «Depuis toujours, marmonne le chauffeur de taxi qui, à 60ans, n’a jamais quitté sa Cracovie natale. Mais en hiver, c’est plus grave.» Une nouvelle quinte, il s’excuse de nous incommoder. «La ville est comme sous une cloche, l’air sent mauvais.» Il nous parle avec fierté du nouveau chauffage propre de son immeuble, se réjouit du progrès. «Avant, on brûlait du charbon ou du bois. On a toujours fait comme ça. Ce n’était pas cher. À la campagne, ils continuent de brûler tout ce qu’ils trouvent.» C’est ce qu’on appelle ici le fameux «Schlamm», une boue de charbon agrémentée de déchets ménagers ou de plastiques. Avec pour conséquence ce brouillard hivernal de benzopyrène et de particules fines qui étouffe la population. Roman soupire: «Ça nous tue à petit feu…»

Leader du charbon, le pays est, sans surprise, régulièrement épinglé pour sa politique environnementale. Ce qui a fait dire cet été à Emmanuel Macron, en s’adressant aux jeunes activistes français du climat, d’«aller manifester en Pologne», soulevant au passage un tollé général à Varsovie. Selon l’OMS, 33 des 50 villes les plus polluées d’Europe se trouvent en Pologne. Et la Silésie, où s’est tenu l’année passée le sommet de l’ONU sur le climat à Katowice, conserve jalousement son industrie minière, garante d’une bonne centaine de milliers d’emplois.?

Nouveaux chauffages

À Cracovie, on réagit enfin. Peut-être en raison de l’explosion du tourisme, qui rime mal avec alerte au smog. Au 1er septembre, quelques 20000 immeubles comme celui de Roman ont dû changer leur chaudière à charbon sans filtre contre un système au gaz ou la raccorder au chauffage central de la ville. «Nous sommes sur la bonne voie, se réjouit Magdalena Kozlowska, qui nous accueille dans les locaux vétustes des militants de Krakowski Alarm Smogowy. Depuis 2012, nous alarmons les autorités, mais nos moyens sont limités. Ici, toujours plus de gens ont de l’asthme. Des recherches médicales sur des femmes enceintes exposées à la pollution ont montré que leurs bébés sont plus petits et ont de moins bons résultats dans les tests cognitifs.»

C’est une lutte infatigable qu’a menée l’association, à coups de manifestations et de distributions de masques filtrants dans les rues. Les chauffages au charbon ont finalement été interdits et des subventions généreuses ont permis aux ménages les plus pauvres de changer de système. «Mais la pollution ne touche pas que Cracovie, s’inquiète la jeune femme. Les chaudières de toute la région doivent être remplacées d’ici à 2022. Et la plupart des gens ne sont même pas au courant.»


Lire aussi: «Il faut relever le niveau d’ambition»


C’est le paradoxe de la Pologne. Alors que la COP de Katowice a servi de première tribune à Greta Thunberg, révélant au monde entier la jeune activiste suédoise, l’engouement écologiste n’a jamais vraiment pris dans le pays. «Nous avons des grèves du climat», admet Anna Nowosad, à la tête des scouts de Pologne. Avec plus de 100'000 membres, le mouvement est un fer de lance de la lutte pour l’environnement. Les scouts nettoient les forêts, replantent des arbres. «Mais nous n’avons pas notre propre Greta. Une jeune fille a protesté quelques jours devant le parlement de Varsovie, mais ça n’a pas été suivi par les médias. Les jeunes ne se sentent pas encore assez concernés.»

Belchatów, le monstre

Dans ses bureaux au centre-ville de Varsovie, une autre ONG mène un autre combat, à l’échelle nationale celui-là. Client Earth, qui œuvre dans les domaines du droit et de l’environnement, s’est attaquée récemment au symbole du charbon polonais, la centrale thermique de Belchatów. L’usine de tous les superlatifs. Deux cheminées qui culminent à 300 mètres, hautes comme la tour Eiffel. La centrale thermique la plus puissante d’Europe, mais aussi la plus polluante. Depuis sa mise en service en 1982, elle a craché dans l’atmosphère environ un milliard de tonnes de CO2… «Belchatów brûle du lignite, la forme la plus sale du charbon, explique Marcin Stoczkiewicz, avocat de l’ONG. Pire, ses émissions de CO2 augmentent chaque année, car les réserves de lignite s’épuisent et sont de qualité moindre.» L’action en justice de Client Earth contre l’opérateur de la centrale, contrôlé en majorité par l’État, vise l’arrêt de la combustion de lignite d’ici à 2035. «Nous ne demandons pas de fermer la centrale, ajoute l’avocat. Techniquement, il est possible d’en faire autre chose, une centrale à gaz, nucléaire, ou aux énergies renouvelables. On pourrait conserver les employés. On leur donne seizeans pour faire la transition, car nous sommes conscients que cela prendra du temps.»

Le temps, Roman ne l’a plus vraiment. Il sait que l’air vicié qu’il respire depuis des années à Cracovie lui a rongé les poumons. «J’ai quatre petits-enfants. J’espère vraiment qu’on sortira un jour du charbon. Pour eux.»

Créé: 27.11.2019, 18h33

Articles en relation

«Il faut relever le niveau d’ambition»

Climat A quelques jours de la COP 25, retour sur les enjeux de cette nouvelle réunion sur le climat. Plus...

«Le mal est fait: les glaciers vaudois sont condamnés»

Climat Les géants de glace ont perdu 10% de leur masse en cinq ans. Le Sex-Rouge est celui qui fond le plus vite de Suisse. Plus...

Extinction Rebellion spraye les menhirs d'Yverdon

Yverdon-les-Bains La section locale du mouvement pro-climat a utilisé les menhirs de Clendy dimanche. Cinq d’entre eux portent encore des stigmates roses. Plus...

«Ce n'est plus théorique, nous voyons le désastre»

Environnement A quelques jours de la COP25 à Madrid, un nouveau rapport alerte sur le réchauffement climatique Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.