Les migrants provoquent une foire d'empoigne

Union EuropéenneLes divisions éclatent au grand jour, tout comme l'absence de coordination dans la gestion de la crise.

Dimitris Avramopoulos, le commissaire européen chargé de la question migratoire, craint une crise humanitaire en Grèce.

Dimitris Avramopoulos, le commissaire européen chargé de la question migratoire, craint une crise humanitaire en Grèce. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le renforcement des contrôles aux frontières sur la route des Balkans a aggravé mardi les divisions européennes sur la crise migratoire, avec une passe d'armes entre Athènes et Vienne. Il a aussi accentué l'inquiétude de l'UE face au risque d'une «crise humanitaire».

Le commissaire européen chargé de la question migratoire, Dimitris Avramopoulos, et le ministre néerlandais gérant ce dossier, Klaas Dijkhoff, dont le pays exerce la présidence tournante de l'Union européenne, craignent notamment une crise humanitaire en Grèce.

Athènes, qui doit gérer dans l'urgence depuis dimanche le blocage de milliers d'exilés jusque-là autorisés à poursuivre leur périple en Europe, a pour sa part protesté tant auprès de Vienne qu'auprès de l'UE sur l'absence de concertation européenne dans la gestion de ces flux migratoires.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a dénoncé la tenue prévue pour mercredi en Autriche d'une réunion des pays des Balkans sur la question des migrants. Les Grecs n'y ont pas été invités même si elle vise à prendre «des décisions concernant directement ses frontières».

Papiers d'identité requis

A la frontière gréco-macédonienne, plus de 5000 migrants se trouvaient bloqués mardi après le durcissement des conditions de passage instauré par Skopje. La Macédoine, non membre de l'UE, a barré le passage aux Afghans et exige dorénavant des réfugiés autorisés à passer, les Syriens et les Irakiens, qu'ils disposent de papiers d'identité.

Les raisons de ce durcissement restent confuses. La police autrichienne, à l'extrémité de la route des Balkans, a pour sa part expliqué que l'absence de papiers d'identité ou la présentation de faux papiers constitue un motif de rejet.

Décision en aparté

Selon Yannis Mouzalas, ministre grec de la Politique migratoire, ce nouveau frein résulte d'une décision commune des cinq pays figurant sur cet itinéraire, prise pendant une réunion à Zagreb le 18 février.

Cela alors que le sommet européen la semaine dernière s'est entendu sur la nécessité d'une réponse «commune» de l'UE à la crise migratoire, a-t-il déploré au cours d'une visite sur l'île de Lesbos avec le Haut-commissaire aux Réfugiés de l'ONU, Filippo Grandi.

Ce dernier s'est dit «très inquiet» de la fermeture croissante des frontières le long de la route des Balkans, car «cela va créer davantage de chaos et de confusion», les flux ne tarissant pas.

Ramenés à Athènes

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 102'000 migrants et réfugiés sont arrivés depuis janvier de Turquie sur les îles grecques. Et quelque «2000 personnes, dont un tiers sont des Afghans», continuent d'arriver quotidiennement.

Pour éviter un abcès de fixation au poste-frontière gréco-macédonien d'Idomeni, la police grecque a commencé à évacuer les migrants bloqués, en majorité afghans, pour les ramener à Athènes. Et au Pirée, où débarquent les migrants acheminés des îles, elle n'autorise désormais que les Syriens et les Irakiens à prendre la route pour Idomeni.

Les autorités grecques ont aussi demandé à l'Otan de mettre en oeuvre son plan de déploiement d'unités en mer Egée pour lutter contre les réseaux de passeurs qui acheminent les migrants en Europe.

Selon le ministre grec de la Défense Panos Kammenos, la Turquie a présenté de nouvelles exigences avant qu'une telle force puisse être déployée. «Ankara cherche à faire voler en éclats l'accord (sur cette force)», a-t-il affirmé.

Evacuation de Calais reportée

En France, le démantèlement d'une partie de la «Jungle» de Calais a été retardé dans l'attente d'une décision de justice. Les autorités françaises avaient fixé un ultimatum à mardi 20h00 pour l'évacuation de la partie sud de cet immense campement situé près de l'entrée du tunnel sous la Manche, menaçant de recourir ensuite à la force.

Saisi par un groupe de réfugiés et des associations contestant l'ordre d'évacuation, le tribunal administratif de Lille ne rendra pas sa décision avant mercredi ou jeudi, ce qui suspend l'opération.

Pour parer à tout afflux de migrants quittant ce bidonville, la Belgique a d'ores et déjà annoncé le rétablissement des contrôles à sa frontière avec la France, dérogeant «temporairement» à Schengen. (ats/nxp)

Créé: 23.02.2016, 19h32

Articles en relation

Plus de 110'000 migrants arrivés par mer en 2016

Europe Le nombre de réfugiés arrivés les deux premiers mois de l'année a déjà atteint un record par rapport à l'année précédente. Plus...

La «jungle» de Calais, autopsie d'un désastre

Grand format C'est ce soir que doit commencer l'évacuation des camps où s'entassent les migrants dans l'espoir de partir au Royaume-Uni. Plongée au coeur d'une zone sinistrée. Plus...

La police évacue des migrants à la frontière

Grèce Quelque 600 migrants massés à la frontière macédonienne ont été encerclés pour être déplacés, mardi. Plus...

Afghans privés d'entrée en Macédoine

Migrants Les Afghans en route pour le nord de l'Europe n'étaient plus autorisés dimanche à entrer en Macédoine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...