Le Boeing de Malaysia Airlines abattu par des projectiles

Crash en UkraineLe vol qui s'est écrasé en Ukraine a été touché par un «grand nombre» de projectiles à grande vitesse. Les séparatistes réfutent, assurant ne pas avoir d'armes aussi puissantes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le vol MH17 qui s'est écrasé à la mi-juillet dans l'est de l'Ukraine a été abattu en vol par «un grand nombre de projectiles à haute vitesse», ce qui a disloqué l'appareil, brisé en «morceaux», a affirmé mardi 9 septembre l'agence de sécurité aérienne néerlandaise.

Mis en cause par Kiev et les Occidentaux, les rebelles pro-russes ont nié disposer d'armes aussi sophistiquées.

«Je ne peux dire qu'une chose: nous n'avons tout simplement pas d'équipements techniques capables d'abattre un Boeing, et donc, cet avion malaisien», a déclaré Alexandre Zakhartchenko, «premier ministre» de la République populaire unilatéralement proclamée de Donetsk.

Selon le Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité (OVV), chargé de l'enquête, «rien n'indique que l'accident du vol MH17 soit dû à un problème technique ou à une erreur de l'équipage». Le rapport assure que le vol de l'avion, qui assurait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, s'est déroulé «comme prévu» avant de prendre fin «de manière abrupte» quelques heures plus tard.

Cette déclaration accrédite la thèse d'un tir de missile sans la mentionner, comme l'a noté le premier ministre malaisien Najib Razak. «Le rapport préliminaire suggère que des objets ont pénétré à grande vitesse dans l'appareil et provoqué sa désintégration en vol. Cela conduit à soupçonner fortement qu'un missile sol-air a abattu le vol MH17, mais des investigations supplémentaires sont nécessaires pour en apporter la certitude», a-t-il dit.

Rapport d'ici un an

Le Boeing 777-200 s'est «disloqué en vol, en raison probablement de dégâts structurels causés par un grand nombre de projectiles à haute énergie qui ont pénétré de l'extérieur dans l'avion», ont soutenu les enquêteurs, sans donner d'indication sur la nature des «projectiles» ni sur leur origine.

Une enquête complémentaire» sera nécessaire avant la publication du rapport final, qui est attendu pour l'été 2015, a affirmé l'OVV.

Les enquêteurs n'ont pas pu se rendre sur le site où l'avion s'est écrasé en raison des combats entre l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes. Leurs conclusions sont fondées sur les informations recueillies par les boîtes noires ainsi que sur l'analyse d'images satellites et de données radar.

Ils s'appuient par ailleurs sur des photos de la carlingue montrant de multiples impacts. Selon Tim Ripley, spécialiste de l'armement et collaborateur du magazine Jane's Defense, ils pourraient provenir d'une charge de «proximité», qui explose près de sa cible.

Missiles Buk

De telles charges peuvent être montées sur plusieurs types de missiles, dont le modèle Buk de fabrication russe, qui selon Kiev et les Occidentaux, a été employé par les séparatistes pour abattre l'avion. Les insurgés nient disposer de telles armes, mais un de leurs chefs a laissé entendre qu'ils en possédaient un avant la catastrophe.

Moscou a de son côté affirmé que l'appareil a été abattu par les forces aériennes ukrainiennes dans le but machiavélique de faire retomber la faute sur les séparatistes.

Le Buk fonctionne en explosant directement face à la cible et en la frappant très vite par un grand nombre d'éclats d'obus. Et un missile air-air tiré par un avion de combat atteint directement la cible et ne provoque pas ce qui a été décrit par les enquêteurs.

Situation tendue

Sur le terrain, la situation restait tendue mardi malgré la poursuite du dialogue de paix entre les présidents ukrainiens Petro Porochenko et russe Vladimir Poutine. Quatre soldats ukrainiens ont été tués depuis l'entrée en vigueur vendredi d'un cessez-le-feu décidé entre Kiev et les séparatistes.

L'aéroport de Donetsk a été à quatre reprises la cible de tirs au lance-roquettes Grad dans la nuit de lundi à mardi. Un quartier proche de l'aéroport, contrôlé par les forces ukrainiennes, a subi dans la nuit des tirs d'artillerie qui ont blessé une femme, selon la mairie. (ats/afp/nxp)

Créé: 09.09.2014, 14h50

Articles en relation

Le rapport sur le crash du vol MH17 sera publié mardi

Pays-Bas Chargé de l'enquête internationale sur le crash du vol MH17 en Ukraine à la mi-juillet, le bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité publiera son premier rapport mardi. Plus...

Le vol de la Malaysia Airlines volait plus bas que prévu

Crash en Ukraine Le vol MH17 de la Malaysia Airlines, qui s'est écrasé à la mi-juillet en Ukraine, volait 1000 mètres plus bas que ne le prévoyait son plan de vol. L'avion a vraisemblablement été abattu par un tir de missile. Plus...

Des corps de victimes du MH17 rentrent en Malaisie

Crash en Ukraine Les 20 premiers corps de victimes malaisiennes du crash du vol MH17 de la compagnie Malaysia Airlines en Ukraine partent ce jeudi d'Amsterdam vers Kuala Lumpur. Plus...

127 victimes du crash du MH17 ont été identifiées

UKRAINE Le difficile travail des experts néerlandais se poursuit. Un total de 127 victimes du vol MH17 abattu en Ukraine ont été identifiées par les experts néerlandais. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.