Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé, était la cible de la police à Saint-Denis

Attentats de ParisLe Belge était-il dans l'appartement qu'a assiégé la police mercredi matin? On ne le sait pas encore, mais il en était la cible.

Par le passé, le Belge est apparu dans plusieurs vidéos de Daech. Dans l’une, on le voit au volant d’un pick-up, tirant au bout d’une corde des cadavres, des «mécréants qui combattent l’islam», clame-t-il en français.

Par le passé, le Belge est apparu dans plusieurs vidéos de Daech. Dans l’une, on le voit au volant d’un pick-up, tirant au bout d’une corde des cadavres, des «mécréants qui combattent l’islam», clame-t-il en français. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On ne sait pas encore s'il était présent dans l'appartement visé mercredi matin par la police dans le quartier Saint-Denis au nord de Paris, mais Abdelhamid Abaaoud, présumé cerveau des attentats de Paris, semble bien l'homme que cherchait à débusquer la police avec la vaste opération lancée à l'aube. Les enquêteurs surveillaient depuis mardi en effet une femme qui aurait de la parenté avec Abdelhamid Abaaoud, et ce qui les aurait conduit jusqu'à cet appartement.

Le Belge d’origine marocaine de 28 ans n’est de loin pas un inconnu des services de police. Le 15 janvier 2015, soit quelques jours après les attaques menées contre Charlie Hebdo et l’hypercasher de Vincennes, un commando d’une cellule djihadiste sise à Verviers, à l’est de Liège, se préparait à commettre un attentat en Belgique.

Attaque déjouée, mais dont la paternité ne fait guère de doute: Abdelhamid Abaaoud, alias Abou Omar Sissi de son nom de guerre en Syrie, en avait décortiqué toute la trame dans Dabiq, le journal de Daech, dans son numéro de février, narguant les autorités belges. Dans cet entretien de trois pages, il expliquait comment il s’était rendu en Belgique depuis la Syrie pour y préparer l’attentat, puis y retourner sans avoir été inquiété.

Impossible bien sûr de décortiquer le vrai du faux de toute la propagande de Daech, mais une chose est certaine: depuis l’attentat avorté en Belgique, toutes les polices européennes le cherchent, et le nom d’Abaaoud apparaît dans nombre d’affaires liées à l’activisme des cellules islamistes en Belgique. Il avait été condamné par contumace à vingt ans de prison, en juillet 2014, pour avoir organisé des filières de recrutement vers la Syrie.

Selon plusieurs sources du renseignement français, citées par plusieurs médias, l’homme connaissait l’auteur de l’attentat avorté du Thalys d’août dernier et probablement Mehdi Nemmouche, l’auteur de la tuerie du musée juif de Bruxelles, en mai 2014. On le croyait en Syrie, mais les enquêteurs semblaient bien le pister à saint-Denis mercredi.

Proche de Salah Abdeslam

Ayant grandi dans le quartier de Molenbeek dans la banlieue de Bruxelles, dans une famille de six enfants, Abdelhamid Abaaoud y avait pour ami très proche Abdeslam Salah, aujourd’hui activement recherché pour son implication présumée dans les attentats de Paris. Au vu de son CV, on soupçonne donc Abaaoud d’être un formateur de kamikazes en Syrie. Un indice appuie cette hypothèse: en août dernier, un Espagnol, Reda H., arrêté à en France à son retour de Syrie, indiquait au juge antiterroriste Marc Trévidic avoir été entraîné pour commettre un attentat dans un concert de rock en France. Il avait renoncé au projet, mais donne le nom de son commanditaire: Abdelhamid Abaaoud.

Par le passé, le Belge est apparu dans plusieurs vidéos de Daech. Dans l’une, on le voit au volant d’un pick-up, tirant au bout d’une corde des cadavres, des «mécréants qui combattent l’islam», clame-t-il en français. Le jeune homme fait le désespoir de son père, Omar, pour avoir emmené le plus jeune de la fratrie combattre en Syrie. Il n’avait alors que treize ans… «J’ai honte pour Abdelhamid, mon fils. Il a ruiné nos vies», témoignait ce père effondré auprès du journal populaire belge Het Laatste Nieuws en janvier dernier. «Pourquoi, au nom de Dieu, voudrait-il tuer des Belges innocents? Notre famille doit tout à ce pays», expliquait-il en disant ne pas comprendre pourquoi son fils, qui exerçait la profession de petit commerçant, s’était soudainement radicalisé.

Créé: 18.11.2015, 12h28

Articles en relation

Notre couverture des événements de lundi à mercredi

Attentats à Paris Suivez minute par minute les informations parvenant sur l'affaire des attentats de Paris. Plus...

Les suspects visaient-ils La Défense?

Attentats à Paris Une source proche de l'enquête affirme que l'assaut de Saint-Denis a mis au jour une nouvelle équipe de terroristes. Plus...

«Ils menaçaient de décapiter les otages»

Attentats à Paris Un policier intervenu au Bataclan, vendredi soir, raconte l'assaut donné, cet «enfer de Dante» comme il le nomme. Plus...

Le père du «cerveau» présumé dit sa «honte»

Attentats déjoués Le père d'Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27 ans considéré comme le «cerveau» présumé de la cellule qui préparait des attentats en Belgique, a dit sa «honte». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...