Passer au contenu principal

Une accusatrice de Tariq Ramadan voit sa version mise à mal

Jeudi a eu lieu la confrontation entre la première plaignante dans cette affaire, Henda Ayari, et l’islamologue.

Tariq Ramadan n’est pas encore tiré d’affaire, même si sa défense a marqué quelques points.
Tariq Ramadan n’est pas encore tiré d’affaire, même si sa défense a marqué quelques points.
Yvain Genevay

La version de la première et plus médiatique accusatrice de Tariq Ramadan, Henda Ayari, a été mise à mal par le propre demi-frère de cette dernière. Cela a été confirmé jeudi en fin d’après-midi, à l’issue de la confrontation, devant les juges, entre l’accusé et son accusatrice.

Cet épisode concerne le lieu et le jour où la plaignante affirme avoir été violée. Dans une première déclaration, elle situait l’acte dans l’hôtel Holiday Inn sis près de la gare de l’Est à Paris, entre le 31 mars et le 8 avril 2012. Puis, après avoir consulté son agenda qu’elle a remis aux juges, Henda Ayari a changé le lieu et la date; les faits se seraient déroulés dans une chambre d’un autre hôtel parisien, le Crown Plaza, le 26 mai 2012.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.