Passer au contenu principal

L'affaire Novartis renvoyée devant la justice

Les députés ont estimé qu'une commission parlementaire spéciale n'était pas apte à examiner l'affaire de pots-de-vin présumés.

Novartis est soupçonné d'avoir versé entre 2006 et 2015 des pots-de-vin à des responsables politiques et à des médecins en Grèce.
Novartis est soupçonné d'avoir versé entre 2006 et 2015 des pots-de-vin à des responsables politiques et à des médecins en Grèce.
Keystone

Le parlement grec a mis un terme à l'enquête menée sur les pots-de-vin présumés versés par le groupe pharmaceutique suisse Novartis à des responsables politiques. Il a renvoyé l'affaire devant la justice.

Les législateurs de la coalition au pouvoir ont déclaré qu'une commission parlementaire spéciale n'était pas apte à examiner l'affaire et l'ont renvoyée devant les tribunaux, a indiqué samedi l'agence de presse grecque ANA.

Le Parlement avait été saisi en vertu de la constitution grecque, après que des noms d'anciens chefs du gouvernement et ministres eurent été cités pendant l'instruction. Parmi ces responsables, désignés par des témoins protégés dans une enquête pour l'essentiel américaine, figurent l'ancien Premier ministre conservateur Antonis Samaras, le commissaire européen aux Migrations Dimitris Avramopoulos et Yannis Stournaras, gouverneur de la Banque de Grèce.

Pots-de-vin pour une position dominante

Novartis est soupçonné d'avoir versé entre 2006 et 2015 des pots-de-vin à des responsables politiques et à des médecins pour acquérir une position dominante sur le marché grec et écouler des médicaments à prix élevés alors même que des alternatives meilleur marché étaient disponibles. Des estimations judiciaires portent à quelque 3 milliards d'euros les pertes pour les caisses publiques grecques.

Ayant déjà payé des millions de dollars aux Etats-Unis, en Chine et en Corée du Sud après sa condamnation dans des affaires de corruption, Novartis a assuré qu'elle coopérait actuellement avec les autorités américaines et grecques dans cette affaire et qu'elle effectuait un audit interne.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.