Airbus craint pour son A350 après les soucis de Boeing

concurrenceEADS, maison mère d'Airbus, craint que les avaries qui immobilisent le 787 de Boeing ne retarde l'obtention du certificat de navigabilité de l'A350, son atout maître pour percer sur le marché de long-courriers.

Avec l'A350, qui concurrencera à la fois le 777 et le 787, Airbus veut mettre fin à la domination de Boeing.

Avec l'A350, qui concurrencera à la fois le 777 et le 787, Airbus veut mettre fin à la domination de Boeing. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Les autorités de certification, la FAA (Federal Aviation Administration, agence américaine de sécurité de l'aviation) et son pendant européen l'Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) vont devenir très nerveuses», a déclaré un dirigeant d'EADS. Il a dit craindre qu'elles ne renforcent les procédures de test et de certification des nouveaux avions, et donc celles de l'A350.

Ce nouveau long-courrier d'Airbus doit entrer en service au second semestre 2014. Tout retard de livraison aux compagnies clientes entraîne des dédommagements coûteux. Avec l'A350, qui concurrencera à la fois le 777 et le 787, Airbus veut mettre fin à la domination de Boeing sur le secteur des long-courriers.

Les cinquante 787 en service sont immobilisés dans le monde entier depuis le 16 janvier, sur ordre de la FAA, après qu'un de ces appareils a fait un atterrissage d'urgence consécutif à une avarie dans le système électrique.

Airbus aussi passé par là

Mais le constructeur européen évite de se réjouir des difficultés de son concurrent américain. Il rappelle qu'il en a lui-même rencontré d'importantes sur son super-jumbo A380, et qu'il n'est pas à l'abri de nouveaux problèmes lors de l'entrée en service du nouveau long-courrier A350.

Les dirigeants d'EADS n'en soulignent pas moins leurs différences d'approche avec Boeing, qui a fait un saut technologique audacieux avec le 787. «Ils ont fait de la technologie à mort, ils ont fait de l'outsourcing à mort. Nous avons été plus conservateurs», a déclaré l'un d'eux.

En termes de technologie, le fuselage du 787 est un cylindre en matériaux composites (à base de carbone) et de très nombreuses commandes de vol sont électriques plutôt qu'hydrauliques, ce qui augmente la demande d'électricité.

Airbus a préféré construire l'A350 avec des panneaux de matériaux composites sur une armature métallique, a choisi moins de commandes électriques, et l'a doté d'un système de génération d'électricité double, pour pouvoir basculer de l'un sur l'autre en cas de panne.

Maladies de jeunesse

En termes d'outsourcing, Boeing a confié quelque 70% de la production à une cinquantaine de partenaires stratégiques, chargés à leur tour d'intégrer des éléments fabriqués par des sous-traitants secondaires et tertiaires, d'après une analyse de Steve Denning, expert américain en innovation technologique.

«Avec le temps, Boeing a du se rendre compte que certains partenaires stratégiques n'avaient pas le savoir-faire pour développer différents sections de l'appareil ou l'expérience pour diriger les sous-traitants», écrit-il dans le magazine «Forbes».

Le constructeur européen est parvenu aux mêmes conclusions. «On ne peut pas être maître d’œuvre si on ne garde pas la maîtrise d'un certain nombre de technologies clés», a insisté un dirigeant d'EADS.

Il a reconnu qu'Airbus avait fait une erreur similaire lors de la construction de l'avion de transport militaire européen A400M, dont les premiers exemplaires doivent être livrés cette année. Airbus, a-t-il estimé, a sans doute délégué trop de fonctions du système d'aide à la gestion du vol (flight management system, FMS), qui calcule la route de l'avion, sa vitesse, son altitude et sa consommation de carburant.

L'A350 connaîtra lui-aussi des maladies de jeunesse, prévoient les patrons d'EADS. «Mais nous avons la chance d'arriver après Boeing et on essaie de tirer les leçons de ce qui leur arrive», notamment en vérifiant qu'Airbus n'a pas le même fournisseur à problème.

(ats/nxp)

Créé: 22.01.2013, 15h06

Articles en relation

Boeing 787: analyse de la boîte noire

AVIATION Les autorités japonaises et américaines ont commencé samedi à analyser le contenu de la boîte noire du Boeing 787 qui a été forcé d'atterrir d'urgence mercredi au Japon à cause d'un problème de batterie. Plus...

L'enquête se resserre autour du système électrique

Boeing 787 Alors que les 50 Dreamliner en service sont désormais rivés au tarmac, l'enquête sur les avaries s'intensifie avec l'arrivée au Japon d'experts américains. Ils inspecteront le système électrique suspect de l'appareil qui s'était posé en urgence. Plus...

Tous les Boeing 787 du monde cloués au sol

Aviation Tous les appareils Dreamliner de Boeing devaient être cloués au sol jeudi dans le monde entier sur recommandation des autorités américaines après des incidents en cascade. L'enquête pourrait prendre des semaines. Plus...

Les problèmes du 787 pourraient coûter cher à Boeing

Aviation Le constructeur américain a en effet placé cet avion innovant et économe en carburant au centre de sa stratégie. Plus...

Un 787 Dreamliner de Boeing pour la première fois en Suisse

Trafic aérien Un 787 Dreamliner, dernier long courrier en date du constructeur aéronautique Boeing, s’est posé pour la première en Suisse lundi vers 6h10 à Zurich. Il est reparti pour Doha aux environs de midi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.