Amputée du pont Morandi, Gênes redoute le «chaos»

ItalieLe pont, situé sur un des principaux axes nord-sud de l'Italie, voyait passer plus de 25 millions de véhicules chaque année.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La ville est un entrelacs de tunnels et de viaducs, coincée entre mer et montagne et asphyxiée par la circulation automobile: à Gênes, amputée depuis mardi de son pont le plus important, habitants et experts redoutent le chaos.

«Gênes résout son problème de trafic», titrait le Corriere della Sera en mars 1964, peu après le début des travaux de construction du pont Morandi, dont l'effondrement mardi a fait au moins 38 morts.

L'écroulement de ce monstre de ciment pose un réel défi à cette ville de 600'000 habitants: l'édifice, situé sur un des principaux axes nord-sud de l'Italie, voyait passer plus de 25 millions de véhicules chaque année.

Et l'économie de Gênes, qui dessine avec Turin et Milan le «triangle industriel» italien, tourne beaucoup autour de son port, le plus important du pays. Or, la ville pourrait devenir impraticable dès la fin des vacances d'été.

Dans cette zone au relief escarpé et où la montagne plonge dans la mer, l'espace est rare. «Le pont Morandi était l'unique point de passage entre l'est et l'ouest de la ville susceptible d'absorber des volumes élevés de trafic», explique à l'AFP Giovanni Vecchio, chercheur à l'Ecole polytechnique de Milan et expert en mobilité urbaine.

«Et c'était également un passage obligé pour aller vers le nord de la région ou la France voire, dans certains cas, pour relier différentes parties du port», ajoute-t-il.

Pour l'instant, la pause estivale rend les désagréments supportables, mais pour éviter de surcharger les axes menant au port, l'expert suggère de dérouter certains bateaux vers d'autres ports voisins.

«Déjà un gruyère»

«En temps normal, c'est déjà le bordel dans la ville dès qu'il y a un accident sur l'autoroute, alors sans le pont Morandi, n'en parlons pas», lâche Maurizio Campara, chauffeur de bus sur la ligne 1, qui dessert le port maritime.

Deux grands axes permettaient jusqu'à présent de traverser la ville: celui passant par le pont Morandi et celui qui dessert le port de Gênes et voyait déjà passer les touristes embarquant sur les bateaux de croisière ou les ferries vers la Sardaigne ou la Corse ainsi qu'une partie des quelque 5.000 poids-lourds qui viennent chaque jour charger ou décharger au port de marchandises.

«Ca va être un chaos total, car c'était un pont qui desservait toutes les zones de la ville», abonde Francesco Bucchieri, un habitant 62 ans.

«Sans le pont, la ville est coupée en deux. En septembre, quand les vacances seront finies, que l'école et l'activité va reprendre, ça va être un drame. Tous les camions vont affluer sur la ville», prédit Gianpiero Santini, chauffeur de taxi à Gênes depuis 2003.

«A court terme, la solution semble être de mettre en place de longues déviations vers d'autres autoroutes, ce qui rallongera les distances et aura un coût financier», estime M. Vecchio.

Autostrade per l'Italia, gestionnaire de l'autoroute, a assuré qu'il était possible de reconstruire le pont en cinq mois une fois le site libéré des opérations de recherches et d'enquête. Mais le gouvernement veut retirer la concession à la société, désignée coupable.

Parmi les alternatives, certains plaident pour la construction d'un nouveau pont plus au nord, d'autres pour l'ouverture du port aux poids-lourds la nuit afin de répartir le trafic sur 24 heures, et d'autres encore pour que les poids-lourds aient accès à une route privée menant au port mais réservée jusqu'à présent à l'aciériste italien Ilva.

«Avec tous ses tunnels, Gênes est déjà un gruyère. Que faut-il faire ? Recreuser dans la roche ?», s'interroge Claudio, 72 ans, qui habite près du port. «Dans ce cas, autant raser la montagne».

«Il n'y a pas d'alternative», juge Marco Porcile, propriétaire depuis 31 ans d'un bar près du port. «A partir de septembre, il suffira d'un embouteillage à l'entrée du port maritime ou du port de marchandises pour que toute la ville soit bloquée». (afp/nxp)

Créé: 16.08.2018, 14h03

Articles en relation

Gênes: un pilier du pont menace de tomber aussi

Italie Les habitants situés sous le pont ont été interdits de rentrer chez eux pour récupérer leurs affaires. L'un des piliers se fissure et menace de s'effondrer à son tour. Plus...

2e nuit de recherches dans les décombres

Gênes Les équipes de secours travaillaient pour la 2e nuit d'affilée à la recherche de survivants après le drame de Gênes. Plus...

L'«état d'urgence» déclaré pour 1 an à Gênes

Catastrophe Un peu plus de 24 heures après l'effondrement du viaduc qui a fait une quarantaine de morts, le gouvernement italien déclare l'«état d'urgence» pour 12 mois à Gênes. Plus...

Le pont s'est écroulé et la vie s'est arrêtée

Catastrophe à Gênes Au lendemain de la catastrophe qui a touché Gênes et tué quelque 42 personnes, la colère gronde. La société qui gère le viaduc de Gênes risque de grosses sanctions. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...