Passer au contenu principal

EspionnageAngela Merkel aurait été placée sur écoute par la NSA

L'Allemagne est en possession d'informations laissant penser que le téléphone portable de la chancelière Angela Merkel aurait été placé sur écoute par la NSA, a annoncé mercredi un porte-parole du gouvernement.

Angela Merkel.
Angela Merkel.
AFP

Le gouvernement allemand est en possession d'informations laissant penser que le téléphone portable d'Angela Merkel aurait été placé sur écoute par la NSA, a annoncé mercredi un porte-parole de la chancelière. Le président américain a démenti une telle surveillance.

La cheffe du gouvernement allemand s'est entretenue au téléphone avec Barack Obama et lui a demandé des éclaircissements immédiats et complets sur cette affaire, a ajouté le porte-parole. «Elle a clairement précisé qu'elle considérait de telles pratiques, si elles sont avérées, comme totalement inacceptables et qu'elle les condamnait sans équivoque.»

«Entre amis proches et partenaires, comme le sont l'Allemagne et les Etats-Unis depuis des décennies, il ne devrait pas y avoir de telles surveillances des communications d'un chef de gouvernement», a poursuivi le porte-parole. «Il s'agit d'une grave entorse à la confiance. De telles pratiques doivent immédiatement cesser.»

Barack Obama a assuré à Angela Merkel que les services de renseignement américains ne surveillaient pas et ne surveilleraient pas ses communications, a déclaré de son côté la Maison Blanche, jouant avec la grammaire en ne parlant qu'au présent.

Grande émotion

Ce rebondissement dans les activités menées par l'Agence de la sécurité nationale américaine intervient alors que le secrétaire d'Etat John Kerry se trouve en visite à Rome et doit répondre aux interrogations de ses partenaires européens basées sur les révélations faites par le lanceur d'alerte Edward Snowden, ancien analyste de la NSA. François Hollande souhaite que cette question soit mise à l'ordre du jour du sommet européen qui débute jeudi.

En Allemagne, les révélations de l'ex-consultant de l'Agence américaine de sécurité nationale (NSA) Edward Snowden, au début de l'été, ont suscité beaucoup d'émotion. Pour mémoire, ce pays est marqué par deux dictatures -le national-socialisme puis le communisme en ex-Allemagne de l'Est - qui avaient systématisé l'espionnage des citoyens.

Dans le pays, c'est «Der Spiegel» qui sert de relais à Edward Snowden et le magazine a diffusé ses informations avant la chancellerie, qu'il aurait informée.

Ce dossier a occupé une place importante pendant la campagne des élections législatives, l'opposition social-démocrate et une partie de la presse ayant accusé Mme Merkel d'être au courant du programme de surveillance Prism et de ne pas avoir protégé ses concitoyens. Le gouvernement allemand avait exigé des Etats-Unis qu'ils fournissent le maximum d'informations sur ce programme.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.