L’annexion de la Crimée était planifiée

Crise ukrainienneSelon un journal russe, le Kremlin avait prévu un plan de déstabilisation de l’Ukraine avant la chute du régime Ianoukovitch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’annexion de la Crimée et la rébellion dans le Donbass auraient été planifiées par le Kremlin avant la destitution de l’ex-président ukrainien prorusse Viktor Ianoukovitch. C’est en tout cas ce qu’indique un document confidentiel publié cette semaine par le journal d’opposition russe Novaya Gazeta.

Ce mémo, transmis à Vladimir Poutine deux semaines avant la destitution de Ianoukovitch, aurait été rédigé par l’oligarque Konstantin Malofeev, promoteur de la Novorossia («Nouvelle Russie» s’étendant le long de la mer Noire) et accusé par Kiev de financer les séparatistes prorusses dans l’Est de l’Ukraine.

Un an jour pour jour après l’apparition des «petits hommes verts», comme les Ukrainiens avaient ironiquement surnommé ces soldats «inconnus» déployés par la Russie en Crimée, on ne peut qu’être troublé par les similitudes existantes entre le scénario de déstabilisation du pays décrit dans ce document et l’enchaînement des événements, souligne Novaya Gazeta, «même si le déroulement de la crise ukrainienne a apporté quelques correctifs au plan initial».

L'influence des services secrets
«Nous devons, tout d’abord, reconnaître la faillite du président ukrainien Viktor Ianoukovitch», un homme «aux faibles qualités morales qui craint de renoncer à son poste de président». Dans les premières lignes de ce document, Moscou prend acte de la faiblesse d’un régime qui ne parvient pas à contrôler l’opposition de Maïdan et conclut à la nécessité d’agir rapidement face à ces manifestants «soumis à l’influence des services secrets britanniques et polonais».

Non pas pour préserver l’unité de l’Ukraine, mais pour ne pas perdre «le marché ukrainien de l’énergie» et pire encore «le contrôle, même indirect, du système de transport du gaz ukrainien. Ce qui mettrait en danger les positions de Gazprom (le géant russe des hydrocarbures) en Europe centrale en causant d’énormes dégâts à l’économie de notre pays», précise le rapport.

Vers une désintégration de l'Ukraine
Pour les auteurs de cette stratégie machiavélique, «la désintégration hautement probable de l’Ukraine» ne semble comporter que des avantages. En étendant sa zone d’influence de Kharkov à la Crimée, la Russie mettra la main sur le complexe militaro-industriel ukrainien, ce qui pourra accélérer son programme de réarmement. De plus, les nouveaux «flux de migrants slaves d’ouest en est» permettront de contrebalancer l’immigration d’Asie centrale.

Pour atteindre cet objectif, le mémo incite donc la Russie à pousser au séparatisme et à «porter ses efforts sur la région de Crimée et celle de Kharkov, où existent déjà des groupes assez forts acquis à l’idée d’intégration à la Fédération de Russie». Pour «lancer ce processus» dans l’est de l’Ukraine, souligne le plan, il faut «créer des événements apportant une légitimité politique et morale» en encourageant des actions de «désobéissance civile» par le biais de campagnes médiatiques. Sans oublier d’organiser des référendums d’autodétermination de façon à ce que «la communauté internationale ait le moins possible de raisons de douter de la légitimité de ces scrutins».

Certes, tout ne s’est pas déroulé comme prévu. La région de Kharkov est restée dans le giron de Kiev et c’est le Donbass qui a pris les armes. Mais pour le reste, relève Novaya Gazeta, Moscou semble avoir appliqué le plan à la lettre. Le Kremlin, lui, nie tout en bloc.

Créé: 26.02.2015, 18h25

Articles en relation

Tête à tête entre John Kerry et Sergueï Lavrov à Genève

Crise en Ukraine Le secrétaire d'Etat américain et le ministre russe des affaires étrangères discuteront ce dimanche. Plus...

L'Ukraine étranglée par la chute de sa monnaie

Europe de l'Est La hryvnia a perdu 50% de sa valeur depuis le début de l’année, les prix flambent. Certains Ukrainiens font déjà des réserves Plus...

Marioupol ou le contrôle du pétrole en mer d’Azov

Guerre en Ukraine Les combats se poursuivent près du port stratégique. Beaucoup craignent les ambitions du Kremlin en mer Noire. Plus...

«Ianoukovitch est parti, la corruption reste»

Ukraine, un an après Visite surréaliste à Mejyhiria, palais de l’ex-autocrate devenu le musée de l’ancienne Ukraine. Et le symbole d’un système à abattre. Plus...

Le cessez-le-feu globalement respecté en Ukraine

Crise Les tirs ont «considérablement» baissé dans l'est séparatiste. Mercredi, les Etats-Unis ont accusé Moscou de «mentir» sur son rôle dans le conflit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...