Passer au contenu principal

FranceUn athlète malvoyant court 26 km armé de sa canne et d'un GPS

Un jeune athlète quasi-aveugle a été le premier au monde, ce week-end en Alsace, à courir un trail de 26 km en toute autonomie, grâce à sa canne blanche et à un système GPS innovant.

L'athlète mal-voyant a bouclé le parcours en 3h43, loin du temps qu'il s'était fixé.
L'athlète mal-voyant a bouclé le parcours en 3h43, loin du temps qu'il s'était fixé.
AFP

Clément Gass, 27 ans, a couru samedi soir le «trail du Kochersberg» parmi 219 participants voyants, sans l'assistance d'un autre athlète comme cela se pratique d'habitude.

«Je ne viens pas avec l'objectif de réaliser un bon temps, mais pour courir à mon rythme», observait en début de course le sportif qui a l'habitude de la randonnée. «La marche fait partie de mon mode de vie. Je perçois des paysages sonores, j'entends les bruits des oiseaux ou le vent dans les arbres, je sens les odeurs, c'est très agréable», raconte-t-il.

D'une voix synthétique et saccadée, son smartphone utilisé comme GPS, glissé dans une petite sacoche sur sa poitrine, lui indique régulièrement les virages et bifurcations.

Pour être plus précis, le guidage ne se contente pas d'indiquer «droite» ou «gauche», mais utilise la «direction horaire», un système issu de l'aéronautique: «Point 2, tourner à 11h. Dans 87 mètres, chemin à 3h», égrène la voix.

L'application, développée par des chercheurs du CNRS et de l'Université de Strasbourg, s'installe sur n'importe quel téléphone haut de gamme équipé d'un GPS, d'une boussole et d'un gyroscope. L'itinéraire doit avoir été numérisé au préalable, et l'utilisateur formé.

Spectateurs impressionnés

Une poignée de précurseurs utilisent déjà ce système sur des chemins de randonnée, voire au quotidien, en milieu urbain. Mais c'est la première fois qu'il était utilisé lors d'une course en pleine nature.

«Pour Clément, nous avons dû affiner les consignes vocales, pour fluidifier sa course», explique Laurence Rasseneur, enseignant-chercheur à la faculté des sciences du sport de Strasbourg, et membre de l'équipe qui a mis au point l'application.

A travers champs, sentiers forestiers ou passerelles enjambant des ruisseaux, le jeune coureur a su composer seul avec les obstacles du terrain.

Hélas, «à mi-parcours, il a été lâché par la boussole de son smartphone. Il y a eu un dysfonctionnement, sans doute à cause de l'humidité due à la transpiration», a indiqué dimanche Vincent Wendling, l'organisateur du trail.

L'athlète mal-voyant a finalement bouclé le parcours en 3h43, loin du temps qu'il s'était fixé.

«Il nous a impressionnés, il était fantastique, on l'a ovationné», a ajouté M. Wendling, persuadé que «le problème technique pourra vite être corrigé».

Clément Gass ne compte pas en rester là: le 22 juin, il prendra le départ d'une randonnée de 80 km en six étapes à travers les Vosges du Nord, en compagnie d'une poignée d'autres marcheurs aveugles ou mal-voyants.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.