L’Autriche contaminée par l’effet Trump?

Un fauteuil pour deuxA dix jours du scrutin présidentiel, le candidat du FPÖ Norbert Hofer joue son va-tout sur l’UE, les étrangers et l’islam.

Norbert Hofer, le candidat du FPÖ.

Norbert Hofer, le candidat du FPÖ. Image: © Heinz-Peter Bader / Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ce n’est pas la première fois qu’il le dit, mais il a remis ça. Le leader d’extrême droite Norbert Hofer, qui a de bonnes chances d’accéder dimanche à la présidence de l’Autriche, une fonction aux pouvoirs certes limités mais loin d’être honorifique, a déclaré mercredi à la BBC qu’il était favorable à l’organisation d’un référendum sur le maintien de son pays dans l’Union européenne. Deux hypothèses mèneraient à ce scénario, selon lui: si les orientations futures de l’UE post-Brexit allaient vers une plus forte centralisation, ou si l’UE ouvrait la voie à l’adhésion de la Turquie.

Affrontant l’indépendant soutenu par la gauche Alexander Van Bellen, après un vote annulé en mai dernier, le leader du Parti de la liberté (FPÖ) a brandi à de nombreuses reprises, ces derniers mois, la perspective d’un référendum pour un «Öxit», une sortie de l’UE. Une perspective à laquelle Norbert Hofer ne croit pas vraiment, mais qui lui permet de ratisser du soutien notamment dans les campagnes conservatrices et des laissés-pour-compte du développement économique. Il y a quelques jours, dans un entretien au Visegradpost, il a aussi dit son souhait de voir l’Autriche adhérer au groupe de Visegrád (Hongrie, République tchèque, Slovaquie, Pologne), dont on sait l’hostilité envers la Commission européenne pour sa volonté d’imposer dans chaque pays membre des contingents de réfugiés syriens et irakiens.

«Coût exorbitant» de l’accueil des réfugiés, crainte d’une «islamisation de la société autrichienne», rejet des «diktats de Bruxelles», Norbert Hofer recourt à tous les ressorts traditionnels de la droite populiste en Europe pour drainer des voix. Et même si les sondages donnent Hofer et Van Bellen au coude-à-coude, les partisans du FPÖ veulent croire qu’un effet Trump va permettre à leur candidat de passer l’épaule le 4 décembre. Peu avant l’élection américaine, une délégation du FPÖ, dont son chef de file Heinz-Christian Strache, est allée rencontrer des piliers du clan Trump aux Etats-Unis, dont le très islamophobe général Michael Flynn, devenu depuis le «Monsieur Sécurité» du futur président.

Inspiré, Norbert Hofer? Deux jours après la victoire du républicain, il lançait aux Autrichiens qu’il ne connaissait «aucun musulman prêt à changer les couches de nos personnes âgées», suscitant une vive polémique. Alors que son rival Alexander Van Bellen regrettait publiquement la victoire de Trump, Norbert Hofer l’a accusé de mettre en danger les relations entre Vienne et Washington.

(24 heures)

Créé: 24.11.2016, 18h08

Articles en relation

La droite suprémaciste bombe le torse à Washington

Amérique trumpienne Alors que l’Alt-Right célèbre l’élection de Donald Trump, le président élu tente de se démarquer de ce groupuscule d’extrême droite. Plus...

Première bourde diplomatique de Trump. Stupeur à Londres!

Royaume-Uni Le président élu Donald Trump suggère à Londres de nommer Nigel Farage ambassadeur britannique. Plus...

Trump, un séisme pour les droits humains

L'invitée Manon Schick craint le pire après l'élection d'un homme qui a justifié l'utilisation de la torture. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dimanche, la population nyonnaise a refusé pour la troisième fois un projet des autorités visant à créer un foyer pour l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Paru le 25 septembre.
(Image: Bénédicte) Plus...