L'avion pour la Ligue des Champions fragilise Valls

TurbulencesDepuis ce week-end, la polémique ne cesse d'enfler autour du déplacement du premier ministre à bord d'un avion gouvernemental pour assister à Berlin à la finale de la Ligue des Champions.

L'affaire du déplacement à Berlin à bord d'un avion gouvernemental de Manuel Valls pour assister avec deux de ses fils à la finale de football de la Ligue des champions tombe mal dans une France en crise.

L'affaire du déplacement à Berlin à bord d'un avion gouvernemental de Manuel Valls pour assister avec deux de ses fils à la finale de football de la Ligue des champions tombe mal dans une France en crise. Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le premier ministre français Manuel Valls est dans la tourmente après son déplacement à Berlin à bord d'un avion gouvernemental pour assister avec deux de ses fils à la finale de football de la Ligue des champions. Mercredi, le président de l'UEFA Michel Platini a confirmé avoir invité le chef du gouvernement.

Depuis ce week-end, la polémique ne cesse d'enfler autour de ce voyage en Falcon qui écorne l'image d'homme intègre, un brin austère, dont Manuel Valls bénéficiait jusqu'à présent, et tombe mal dans une France en crise.

Au total, le déplacement a coûté entre 12 et 15'000 euros selon une source gouvernementale.

Il était «officiel», martèle le gouvernement. Manuel Valls a assisté au triomphe du Barça samedi soir sur invitation du président de l'UEFA Michel Platini, avec qui il a discuté avant le match de l'organisation de l'Euro-2016 de football par la France.

Soutien par Bartolone

Le président François Hollande et le président de l'UEFA, qui se sont vus mercredi à l'Elysée, ont confirmé cette invitation. «C'est une polémique franco-française qui ne concerne pas l'UEFA», a commenté Michel Platini.

Mais le fait que le premier ministre soit un supporteur déclaré du FC Barcelone - sa ville natale - et la présence de ses fils, révélée mardi, ont ajouté au doute sur la nature du déplacement, qui ne figurait pas à son agenda officiel.

Lui-même a entretenu la confusion en évoquant sa «passion» pour le football et en revendiquant le droit à des «moments de détente», eu égard à sa lourde charge de travail.

Mercredi, le président socialiste de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a tenu une défense ambiguë, évoquant pêle-mêle le «devoir» du Premier ministre d'être «aux côtés du mouvement sportif» et la «tentation» du «père Premier ministre» «qui ne doit pas voir ses enfants tous les jours».

Appel par Fillon

Face à cette communication un peu brouillonne, qui contraste avec la grande maîtrise affichée d'ordinaire par le chef du gouvernement, la presse se montre sévère.

L'opposition de droite s'est elle démultipliée pour railler un premier ministre «sans lien avec la réalité» et pour lui demander de mettre la main au portefeuille.

«Je demande qu'il paye son billet, c'est la règle», a déclaré l'ancien premier ministre de droite François Fillon sur la chaîne BFMTV. (ats/nxp)

Créé: 10.06.2015, 17h30

Articles en relation

La presse ne digère par la «footboulette» de Valls

France L'aller-retour de Manuel Valls à Berlin pour assister à la finale de la Ligue des champions fait toujours la Une de la presse française. Plus...

Valls inspire plus confiance aux Français que Hollande

Sondage Si le président François Hollande paraît plus sympathique aux Français que son premier ministre, pour ce qui est des qualités attendues d'un homme d'Etat, Manuel Valls est largement en tête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.