Berlin déjoue des attentats qui visaient des mosquées

AllemagneLa police a démantelé un groupe d’extrême droite qui projetait des attaques contre des lieux de culte musulmans.

Un des douze membres du groupuscule d’extrême droite amené devant la Cour fédérale, à Karlsruhe, samedi.

Un des douze membres du groupuscule d’extrême droite amené devant la Cour fédérale, à Karlsruhe, samedi. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Révélée dimanche soir, la nouvelle fait les gros titres de la presse allemande. Douze membres d’un groupuscule d’extrême droite ont été arrêtés vendredi dans toute l’Allemagne, puis placés en détention sous le soupçon de préparatifs d’attentats. Ils envisageaient de s’en prendre à des lieux de culte musulmans pendant la prière, sur le modèle de l’attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, diffusé en direct sur internet et qui avait fait 51 morts dans deux mosquées en mars 2019. «Ce qui a été mis en lumière est effrayant», a affirmé un porte-parole du Ministère de l’intérieur, Björn Grünewälder.

La police allemande est intervenue à temps. Parmi les personnes interpellées, quatre sont soupçonnées d’être les chevilles ouvrières du groupuscule alors que les huit autres leur auraient fourni un soutien financier et logistique. Parmi les suspects, tous de nationalité allemande, figure un policier de Rhénanie du Nord-Westphalie, qui a été suspendu, selon la presse allemande. Le chef présumé du groupe, connu et surveillé depuis plusieurs mois par les autorités, aurait détaillé ses plans lors d’une réunion organisée avec ses complices la semaine dernière. C’est la perspective d’un passage à l’acte prochain qui a poussé les autorités à interpeller tous les membres.

Ces arrestations «sont la preuve que les services de sécurité restent vigilants», s’est félicité Björn Grünewälder. Lequel a ajouté que, en tout, 50 personnes liées à la mouvance d’extrême droite et considérées comme «des dangers pour la sécurité de l’État» étaient actuellement particulièrement surveillées par les services de renseignement. Les autorités s’inquiètent de l’essor du terrorisme d’extrême droite depuis notamment le meurtre d'un élu allemand promigrants, membre du parti de la chancelière Angela Merkel, en juin dernier. Ce démantèlement rappelle celui d’un autre groupuscule à l’été 2019 lorsque les autorités allemandes avaient arrêté une trentaine de personnes liées au mouvement Nordkreuz (croix du Nord).

Créé: 17.02.2020, 20h59

Articles en relation

L’extrême droite se sert de Dresde pour déculpabiliser les Allemands

Allemagne À l’occasion des commémorations des bombardements alliés, l’AfD reprend les thèses néonazies et joue la carte de la victimisation. Plus...

Le nouveau président de la Thuringe est poussé à la démission

Allemagne Élu grâce aux voix de l’extrême droite néonazie et du Parti conservateur, le libéral Thomas Kemmerich doit renoncer à son poste, face au tollé général. Plus...

«Notre avenir dépend de l’immigration»

Allemagne Patrons et syndicats étaient lundi à la Chancellerie, à Berlin, pour discuter du recrutement dans les pays tiers. Plus...

L’Allemagne, pays d’immigration

L'éditorial Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.