Berlin pourra extrader Puigdemont vers l’Espagne

Allemagne Selon la justice allemande, Madrid pourra juger le Catalan pour malversations, mais pas pour rébellion.

«Nous nous battrons jusqu’au bout et gagnerons!» a réagi Carles Puigdemont sur Twitter à l’annonce du verdict.

«Nous nous battrons jusqu’au bout et gagnerons!» a réagi Carles Puigdemont sur Twitter à l’annonce du verdict. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’indépendantiste catalan Carles Puigdemont, retenu en Allemagne en raison d’une demande de remise espagnole, peut être extradé. Il ne pourra toutefois pas y être jugé pour «rébellion» comme le voulait Madrid, a tranché jeudi la justice allemande. Cette décision aux allures de jugement de Salomon d’un tribunal du Schleswig-Holstein (nord) a en effet jugé «recevable» la seule accusation de détournement de fonds publics. Le Parquet allemand a précisé qu’il allait dès lors décider «sous peu» de sa remise aux autorités espagnoles sur la base de ce seul motif.

L’ex-président de la Catalogne destitué par Madrid «reste libre» cependant dans l’intervalle, poursuit la Cour. Il est en Allemagne depuis son interpellation en mars dans le Schleswig-Holstein alors qu’il revenait d’un déplacement en Finlande, en voiture, en route pour la Belgique où il s’était installé pour échapper à la justice de son pays. «Nous nous battrons jusqu’au bout et gagnerons!» a réagi l’intéressé sur Twitter peu après que la justice a ouvert la voie à son retour en Espagne. L’un de ses avocats, Jaume Alonso-Cuevillas, a indiqué qu’un recours devant la Cour constitutionnelle allemande était en préparation.

«Nous ne commentons pas les décisions de justice, nous les respectons», a pour sa part réagi depuis Bruxelles le premier ministre espagnol, Pedro Sánchez. Poursuivi pour rébellion et malversations en raison du référendum d’indépendance catalan organisé en automne 2017, M. Puigdemont a été brièvement incarcéré en Allemagne. Il a ensuite été libéré dans l’attente d’une décision sur la recevabilité des motifs du mandat d’arrêt européen émis par Madrid. Selon les juges, la «rébellion» n’est pas recevable en droit allemand: l’indépendantiste «n’était pas le chef spirituel de violences» et les «violences (qui ont eu lieu en Catalogne à l’époque du référendum) n’étaient pas d’une ampleur suffisante» pour justifier de telles poursuites. Même en Espagne, l’accusation de rébellion est sujette à débat. (24 heures)

Créé: 12.07.2018, 19h33

Articles en relation

Berlin à son tour pris au piège du cas Puigdemont

Allemagne L’arrestation du leader catalan se mue en affaire politique. Toutefois, aucune décision d’extradition vers l’Espagne. Plus...

La police allemande arrête Carles Puigdemont

Catalogne Le leader indépendantiste faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par l’Espagne. Plus...

Carles Puigdemont en «guest star»

Genève Une conférence de presse de l’ancien dirigeant catalan a conclu l’édition 2018 du FIFDH. Plus...

La visite de Puigdemont transforme Genève en décor de la question catalane

Polémique L’ancien dirigeant est venu plaider le droit à l’autodétermination de son peuple. Récit d’un week-end politiquement sensible. Plus...

Ce très encombrant Carles Puigdemont

Catalogne En visite à Genève ce week-end, l’ex-président catalan en exil est devenu bien encombrant pour ses alliés indépendantistes. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...