Passer au contenu principal

Bernard Tapie, 70 ans, éternel bagarreur

L'homme d'affaires français Bernard Tapie, 70 ans, placé lundi en garde à vue dans l'affaire de l'arbitrage contesté avec la banque Crédit Lyonnais enrichit d'un nouvel épisode un itinéraire hors norme.

Bernard Tapie est un homme d'affaires français sulfureux.
Bernard Tapie est un homme d'affaires français sulfureux.
AFP

Incarnation de la réussite sociale et de la flamboyance au milieu des années 80, «Nanard», teint hâlé, cheveux drus et mâchoire forte, au parler de titi parisien, est devenu le symbole de l'homme d'affaires corrompu à partir de l'épisode du match truqué de football Marseille-Valenciennes, en 1993.

Mais les sorts contraires, comme son passage en prison en 1997 ou des ennuis de santé, n'ont pas abattu ce bateleur très persuasif aux serments faciles, qui ne cesse de renaître de ses cendres, ce charmeur surtout doué pour la bagarre qui a connu au moins six vies publiques: artistique, judiciaire, politique, entrepreneuriale, sportive et médiatique.Né le 26 janvier 1943 à Paris, il est le fils d'un ouvrier-chauffagiste.

Brièvement membre des Jeunesses communistes, le petit prolo «aux yeux trop grands» (titre d'un de ses livres) pilote des voitures de course, vend des télés, se lance sans grand succès dans la chansonnette.En 1977, il se spécialise dans la reprise et la revente d'entreprises en difficulté, s'attirant le surnom de «Zorro des entreprises», et atteignant son apogée avec le rachat d'Adidas, le géant allemand de l'équipement sportif. Il se bâtit un empire et une fortune qui lui permettent de s'offrir un hôtel particulier à Paris et un luxueux voilier.

«Je sais faire du blé»

«S'il y a une chose que je sais faire, c'est du blé», lâche-t-il alors.Dans l'intervalle, en 1983, Bernard Tapie investit dans les activités sportives, d'abord dans le cyclisme puis en reprenant le célèbre club de football de l'Olympique de Marseille.

Mettant à profit sa notoriété, il se lance dans la politique, se présentant aux législatives à Marseille. Élu en 1989, il enchaîne les succès électoraux. S'étant forgé une image de pourfendeur de l'extrême droite, à l'issue d'un face-à-face télévisé mémorable avec Jean-Marie Le Pen, et de défenseur des jeunes de banlieue, il bénéficie du soutien du président socialiste François Mitterrand qui le fait nommer en 1992 ministre de la Ville.L'année 1993 marque le début de la fin de «l'ère Tapie».

Quelques jours avant la victoire de Marseille en Coupe d'Europe des clubs champions - succès unique, à ce jour, dans les annales du football français - éclate l'affaire de corruption du match OM-Valenciennes. Dès lors, les foudres de la justice vont s'abattre sur lui en cascade, se soldant par quatre condamnations majeures, une incarcération de cinq mois et la perte de tous ses mandats électifs.

Après cette période éprouvante, il change d'orientation en faisant de la radio et en jouant au théâtre, avec un succès populaire, ainsi qu'à la télévision.Bernard Tapie, qui a soutenu le candidat de droite Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007, empoche en 2008 285 millions d'euros d'indemnité (403 millions, intérêts inclus) que lui octroie l'arbitrage, aujourd'hui contesté, rendu par un tribunal privé dans son conflit avec le Crédit Lyonnais, alors sous tutelle de l'État, sur la vente d'Adidas.

Il revient en 2009 aux affaires. Fin 2012, il met la main sur les derniers titres du groupe de presse Hersant, dont «La Provence», le quotidien régional de Marseille. Il endosse un nouvel habit: celui de patron de presse. L'opération est interprétée par la classe politique marseillaise comme un premier pas vers la mairie, mais il ne cesse de le démentir. Sujet d'une dizaine de biographies ou d'essais aux titres explicites («Le flambeur», «Le phénix», «Le mythe Tapie», «Héros malgré lui», «Pour ou contre»...), Bernard Tapie a été marié deux fois et est père de quatre enfants.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.