Passer au contenu principal

Le bilan carbone du voyage en train de Greta Thunberg

Fidèle à ses convictions, l’adolescente suédoise devenue une icône de l’écologie n'a pas voulu prendre l'avion pour rejoindre Davos depuis la Suède.

Le train comme emblème. Greta Thunberg, la jeune militante de l’environnement, a rejoint mercredi Davos depuis Stockholm par rail. Un voyage de près de trente heures pour rejoindre les scientifiques de l’Arctic Basecamp, en marge du Forum économique de Davos. C’est sûr, un vol sur Zurich (5 h) puis un transfert en train pour Davos (2 h 30) aurait été plus pratique. Mais un rapide calcul sur le bilan énergétique de sa démarche en démontre la pertinence.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.