Le blogueur Raef Badaoui obtient le prix Sakharov

DistinctionLe Saoudien est emprisonné depuis 2012 dans son pays. Le Parlement européen lui remettra la récompense pour la liberté d'expression.

En mai dernier, une manifestation de soutien avait été organisé en France.

En mai dernier, une manifestation de soutien avait été organisé en France. Image: Archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le blogueur saoudien Raef Badaoui, emprisonné et condamné à la flagellation dans son pays pour «insulte» envers l'islam, a obtenu jeudi le Prix Sakharov pour la liberté d'expression, décerné par le Parlement européen, selon des sources parlementaires.

Animateur du site internet Liberal Saudi Network, Raef Badaoui a été choisi par les chefs de file des groupes politiques du Parlement comme lauréat 2015 de cette prestigieuse récompense, parfois considérée comme l'équivalent européen du Prix Nobel de la Paix.

Raef Badaoui a été préféré aux deux autres nominés pour ce prix: une coalition d'opposants politiques au Venezuela et l'opposant russe assassiné Boris Nemtsov - dont le nom avait été présenté à titre posthume.

Déclarations de Martin Schulz

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a appelé jeudi le roi Salmane d'Arabie Saoudite à libérer «immédiatement» le blogueur Raef Badaoui, lauréat 2015 du Prix Sakharov décerné par les eurodéputés.

«Je demande au roi d'Arabie de libérer immédiatement M. Badaoui pour qu'il vienne chercher son prix» à Strasbourg en décembre, a plaidé le président du parlement devant les députés européens à Strasbourg.

«Un homme extraordinaire»

Le lauréat 2015 de la prestigieuse récompense européenne, emprisonné et condamné à la flagellation dans son pays pour «insulte» envers l'islam, est «un homme extraordinaire, exemplaire, à qui on a infligé une des peines les plus brutales», a commenté Martin Schulz.

Il a «courageusement exprimé ses idées et ses doutes sur les règles de son pays» et «s'est battu pour la liberté de tous les Saoudiens», a ajouté l'Allemand dans un communiqué.

L'annonce de cette décision, prise un peu plus tôt par la conférence des présidents de groupes politiques du Parlement, a été saluée en plénière par une «standing ovation» des députés.

Dix ans de prison et cinquante coups de fouet

Emprisonné depuis 2012, Raef Badaoui a été condamné fin 2014 à dix ans de prison et à cinquante coups de fouet par semaine pendant vingt semaines pour «insulte à l'islam». Ces châtiments corporels ont toutefois été suspendus en janvier 2015, en raison de l'indignation internationale.

Selon son épouse Ensaf Haider, réfugiée au Canada, il pourrait toutefois subir une nouvelle séance de flagellation dans les tout prochains jours.

Raef Badaoui avait subi une première séance de flagellation le 9 janvier, mais les suivantes avaient été repoussées, d'abord pour des raisons de santé, puis pour des motifs non précisés. (afp/nxp)

Créé: 29.10.2015, 11h47

Articles en relation

Le blogueur saoudien récompensé pour son courage à Genève

Droits humains Dans le cadre du sommet pour les droits humains à Genève, 20 ONG ont demandé la libération de Raef Badaoui, condamné à la flagellation en Arabie saoudite. Plus...

Malade, le blogueur n'est pas flagellé

Arabie Saoudite La flagellation du blogueur saoudien Raef Badaoui prévue ce vendredi a été reportée, probablement d'une semaine, pour «raisons médicales», a annoncé sa femme. Plus...

Prix Sakharov: le gynécologue Mukwege récompensé

DISTINCTION Le prix Sakharov du Parlement européen a été attribué au congolais Denis Mukwege, qui travaille auprès des femmes victimes de viols. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...