Passer au contenu principal

Grande-BretagneBoris Johnson compare Jeremy Corbyn à Staline

Le premier ministre britannique a lancé sa campagne pour les législatives du 12 décembre. Il s'en est pris au chef de l'opposition travailliste.

Boris Johnson et Jeremy Corbyn, les ennemis jurés britanniques.
Boris Johnson et Jeremy Corbyn, les ennemis jurés britanniques.
Keystone

Le premier ministre britannique Boris Johnson a comparé le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn au dictateur Joseph Staline dans une tribune consacrée au lancement de sa campagne pour les élections législatives publiée mercredi dans le «Telegraph».

Au premier jour de la campagne officielle pour le scrutin du 12 décembre, le chef des conservateurs a accusé Jeremy Corbyn de détester «si viscéralement le profit qu'il va détruire les bases même de la prospérité de notre pays».

Les travaillistes «prétendent que leur haine n'est dirigée que contre certains milliardaires, qu'ils pointent du doigt avec un plaisir revanchard qu'on n'avait plus vu depuis que Staline a persécuté les koulaks», a ajouté Boris Johnson, en référence aux paysans aisés décimés sous le régime stalinien.

Dans sa tribune, Boris Johnson oppose sa volonté «d'encourager les dizaines de milliers d'entreprises britanniques, qu'elles soient grandes ou petites» à celle du Parti travailliste, d'«assommer tout le monde sous les impôts».

Le programme de Jeremy Corbyn est l'un des plus à gauche qu'ait connu le Royaume-Uni ces dernières années. Y figurent notamment la renationalisation de nombreuses entreprises, une hausse du salaire minimal et l'abaissement de la durée moyenne du travail hebdomadaire à 32 heures, mesures qui doivent être financées par une hausse des impôts sur les plus riches.

Les travaillistes vont «freiner les affaires, freiner les investissements et, pire que tout, freiner le Brexit», a accusé Boris Johnson. Le leader travailliste a immédiatement répliqué sur son compte Twitter: «Les absurdités que peuvent sortir les ultrariches pour éviter de payer un peu plus d'impôts...»

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.