La participation en forte baisse par rapport à 2012

FranceLe premier tour des élections législatives françaises se déroule dimanche. Le taux de participation final pourrait être le plus bas pour un premier tour des législatives depuis 1958.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Français votaient dimanche pour le premier tour des législatives, qui pourraient donner une large majorité au nouveau président centriste Emmanuel Macron et lui permettre ainsi de réaliser les réformes promises, en dépit d'une faible participation.

Plus de 47 millions d'électeurs sont appelés à voter pour désigner leurs 577 députés, entre 08h00 (06h00 GMT) et 20H00 (18H00 GMT). A 15H00 GMT, le taux de participation atteignait 40,75%, selon le ministère de l'Intérieur, en baisse de près de huit points par rapport au scrutin de 2012 à la même heure (48,31%).

Selon des estimations, un électeur sur deux pourrait ne pas prendre part à ce premier tour. «A cette élection, les résultats semblent acquis, il n'y a pas beaucoup de suspens», soulignait à Lille (nord) Jean-Pierre Bulgheroni, retraité de 80 ans.

Selon plusieurs projections, Emmanuel Macron, qui a voté dans la station balnéaire du Touquet (nord), pourrait obtenir à l'issue du second tour le 18 juin près de 400 députés, bien au-delà du seuil de 289 sièges requis pour la majorité absolue.

Plus l'abstention sera forte, plus il sera difficile d'éviter de disputer un second tour dans une semaine: il faut réunir à la fois la moitié des suffrages exprimés et le soutien d'au moins 25% des inscrits pour échapper au ballottage. Au deuxième tour, seule la majorité relative est requise.

Le scrutin se tient une nouvelle fois sous haute protection policière, avec la mobilisation de 50'000 policiers et gendarmes, sur fond de menace terroriste élevée, alors que la France est confrontée depuis 2015 à une vague d'attentats islamistes qui a fait 239 morts.

Chamboule-tout

Mardi, un policier a été attaqué par un djihadiste, armé d'un marteau devant la cathédrale Notre-Dame de Paris, alors que la campagne tout juste achevée des législatives britanniques a été endeuillée par des attentats.

«Vague ou tsunami», s'interrogeait samedi le quotidien Libération, pour lequel «les électeurs semblent prêts à donner les clés de l'Assemblée à Emmanuel Macron», tandis que Le Parisien évoquait «le grand chamboule-tout» et un bouleversement du paysage politique.

Eliminés dès le premier tour de la présidentielle, les partis traditionnels de gauche et de droite qui se partagent le pouvoir en France depuis 60 ans craignent d'être balayés.

Les derniers sondages donnent au mouvement du président, La République en marche!, 30% des intentions de vote devant le parti de droite Les Républicains (20%) et le Front national (extrême droite, 18%), en difficulté après l'échec de sa dirigeante Marine Le Pen face à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle de mai.

La France insoumise, le mouvement du tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, obtiendrait 12,5%, loin devant le Parti socialiste de l'ancien président François Hollande (8%).

Le Premier ministre Édouard Philippe, qui espère une solide majorité pour appuyer son gouvernement, est resté prudent jusqu'au dernier jour de campagne. «Ce n'est jamais acquis», a-t-il dit vendredi.

Si Emmanuel Macron obtenait la majorité absolue malgré des candidats souvent sans notoriété ni expérience politique, «ce serait un exploit politique total. Cela signifierait, en tout cas pour quelque temps, la destruction des partis traditionnels», analyse Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel.

«Dégagisme»

Brisant les lignes politiques classiques, le nouveau président a formé un gouvernement mêlant personnalités de droite, de gauche, du centre et de la société civile.

Il a désormais besoin d'une solide majorité à l'Assemblée pour asseoir sa politique de réformes sociales-libérales: moralisation d'une vie politique minée par les affaires, assouplissement du droit du travail - au risque de s'attirer les foudres des syndicats - ou encore réduction des déficits publics, pour se conformer aux règles européennes.

Quelque 7.877 candidats, dont un peu plus de 42% sont des femmes, se disputent 577 sièges. Le renouvellement est assuré avec près de 40% des députés sortants qui ne se représentent pas, après l'entrée en vigueur de la loi sur le non-cumul des mandats.

Les Français de l'étranger, qui ont déjà voté le week-end dernier, ont plébiscité les candidats de La République en Marche!, en mesure de l'emporter dans dix des onze circonscriptions en jeu. Leur vote a confirmé l'effondrement des sortants de gauche et de droite, qui n'ont recueilli pour la plupart que de très faibles scores.

Une situation inquiétante pour les quelque 350 députés qui se représentent dimanche, dont de nombreuses personnalités - anciens ministres, candidats à la présidentielle... Ils risquent de faire les frais du «dégagisme», une volonté de large renouvellement du personnel politique exprimé par les Français.

A la présidentielle, ces derniers ont éliminé les ténors des partis traditionnels pour élire un homme de 39 ans encore inconnu de tous il y a quelques années. (ats/nxp)

Créé: 11.06.2017, 17h47

Galerie photo

Les élections législatives françaises 2017

Les élections législatives françaises 2017 Près de 6 électeurs sur 10 se sont abstenus. Le parti du président obtient la majorité absolue. Marine Le Pen est élue députée pour la première fois.

Articles en relation

Les Dom-Tom ont voté

France-Législatives Les premiers résultats des élections législatives françaises sont tombés durant la nuit de samedi à dimanche, avec le vote des départements d'outre-mer. Plus...

La presse française prévoit un «raz-de-marée» dimanche

France-Législatives Plusieurs journaux n'hésitaient pas samedi à prédire une large victoire des candidats d'Emmanuel Macron aux élections législatives. Plus...

Large victoire du candidat pro-Macron en Suisse

Législatives françaises Joachim Son-Forget remporte le premier tour avec 64,93 % des voix, contre 15,93% pour la députée sortante Les Républicains. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.