Ghosn contre Renault aux prud'hommes: renvoi

FranceL'ex-PDG de Renault réclamait une indemnité de départ à la retraite de 250'000 euros à son ancien employeur. L'audience a été renvoyée au 17 avril

La saisie des prud'hommes par Carlos Ghosn a suscité des réactions indignées dans une France en plein débat sur la réforme des retraites. (Photo d'archives)

La saisie des prud'hommes par Carlos Ghosn a suscité des réactions indignées dans une France en plein débat sur la réforme des retraites. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le conseil de prud'hommes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a renvoyé vendredi au 17 avril l'audience du litige qui oppose Carlos Ghosn à son ancien employeur Renault pour réclamer une indemnité de départ à la retraite de 250.000 euros.

Surprise

A la surprise générale, la demande de renvoi a été présentée par les avocats de l'ancien dirigeant, qui avaient pourtant eux-mêmes saisi les prud'hommes en référé, c'est-à-dire via une procédure d'urgence qui suppose l'évidence des faits.

«Alors c'est une urgence ou pas?», s'est étonnée la présidente de la formation de référé, Annick Roy, après la demande de renvoi formulée par l'avocate de Carlos Ghosn, Me Laetitia Ternisien. Après délibération, elle a pourtant accordé le report de l'audience au 17 avril.

«Nous avons reçu la réponse de Renault uniquement lundi midi, donc quatre jours pour répondre à 20 pages de conclusions, c'est clairement pas suffisant. Notre client est à l'étranger, il faut un minimum de préparation pour répondre sereinement», a expliqué Me Ternisien devant des journalistes, en sortant de la salle d'audience.

«En référé, on n'entend que les affaires urgentes qui ne posent aucune difficulté. On constate en réalité qu'on vient nous demander un renvoi et que donc ni l'urgence ni l'évidence requises en référé ne sont constituées», a déclaré Me Yasmine Tarasewicz, qui défend les intérêts de Renault.

Fin de fonctions en janvier 2019

Carlos Ghosn avait été contraint de quitter ses fonctions de PDG de Renault le 23 janvier 2019, quand il était en prison au Japon pour diverses malversations présumées révélées par le constructeur japonais Nissan (dont il présidait aussi le conseil d'administration).

Au printemps 2019, l'ancien dirigeant de 65 ans avait fait les démarches pour liquider ses droits à la retraite. Il a saisi fin décembre les prud'hommes pour réclamer une indemnité de départ en retraite de 250'000 euros.

Du côté du constructeur automobile, on considère que Ghosn n'a pas droit à cette indemnité dans la mesure où il n'était plus salarié de l'entreprise depuis des années. Les documents de référence du groupe au losange stipulent qu'on ne peut cumuler un statut de mandataire social avec un contrat de travail. Or, M. Ghosn disposait de ce statut de mandataire depuis sa nomination comme PDG en 2005.

Les défenseurs de Renault considèrent que le contrat de travail était dès lors rompu, tandis que ceux du dirigeant estiment qu'il n'était que suspendu. (afp/nxp)

Créé: 21.02.2020, 06h53

Articles en relation

Nissan réclame 89 millions de francs à Carlos Ghosn

Japon Le constructeur automobile japonais a porté plainte contre son ex-patron. Il lui réclame des dommages et intérêts. Plus...

Ghosn réclame la publication de documents internes

Japon/Liban L'ancien magnat de l'automobile a sommé Nissan-Mitsubishi de divulguer des documents internes sur son limogeage qu'il juge illégal. Plus...

Ghosn engage une bataille judiciaire contre Renault

Justice Le magnat de l’automobile déchu Carlos Ghosn réclame à son ancien employeur près de 800'000 euros de pension annuelle et 15 millions en actions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.