Passer au contenu principal

AllemagneLa CDU de Merkel remporte les législatives

Selon les médias allemands, les conservateurs ont remporté les élections législatives avec 32,5 à 33,5% des voix. L'AfD entre au Bundestag.

Le Bundestag allemand a élu mercredi Angela Merkel chancelière pour un quatrième mandat. La dirigeante conservatrice a obtenu 364 voix sur 688 votes valables à la chambre basse du parlement. (Mercredi 14 mars 2018)
Le Bundestag allemand a élu mercredi Angela Merkel chancelière pour un quatrième mandat. La dirigeante conservatrice a obtenu 364 voix sur 688 votes valables à la chambre basse du parlement. (Mercredi 14 mars 2018)
AFP
Le parti social-démocrate lance une campagne pour convaincre ses membres d'approuver un gouvernement avec Merkel. (Samedi 17 février 2018)
Le parti social-démocrate lance une campagne pour convaincre ses membres d'approuver un gouvernement avec Merkel. (Samedi 17 février 2018)
AFP
German Chancellor Angela Merkel, head of the Christian Democratic Party CDU, is greeted by her her challenger Martin Schulz, head of the Social Democratic Party SPD, prior to a TV talk of the party leaders in Berlin, Germany, Sunday, Sept. 24, 2017, after the German parliament elections. (AP Photo/Gero Breloer, pool)
German Chancellor Angela Merkel, head of the Christian Democratic Party CDU, is greeted by her her challenger Martin Schulz, head of the Social Democratic Party SPD, prior to a TV talk of the party leaders in Berlin, Germany, Sunday, Sept. 24, 2017, after the German parliament elections. (AP Photo/Gero Breloer, pool)
Keystone
1 / 63

Les unions conservatrices d'Angela Merkel ont remporté les élections législatives de dimanche en Allemagne. Mais la fête est gâchée par l'entrée historique de la droite nationaliste au Bundestag et la quête d'une majorité qui s'annonce compliquée.

D'après les projections de la chaîne ARD, le bloc CDU-CSU de la chancelière est donné vainqueur du scrutin avec 32,9% des voix. C'est moins que le précédent plus bas historique déjà atteint par Mme Merkel en 2009 (33,8%) et très en deça des 41,5% obtenus il y a quatre ans.

Son succès est terni par la poussée de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD). Selon les sondages à la sortie des urnes, l'AfD a pris un million de voix à la CDU-CSU, 400'000 aux sociaux-démocrates du SPD et encore un million parmi les abstentionnistes. Elle a réussi ses meilleurs scores dans l'ex-RDA avec près de 23% des voix, soit 17 points de plus qu'en 2013.

Critiques à l'interne

L'arrivée au Bundestag de députés nationalistes et anti-immigration est un «grand défi» pour l'Allemagne, a reconnu la chancelière qui a admis qu'elle avait espéré un meilleur résultat. Mais elle a ajouté qu'aucune coalition n'était possible sans la CDU-CSU et que son parti a clairement obtenu un mandat pour former le prochain gouvernement.

Au pouvoir depuis 2005, Mme Merkel ne va pas échapper à un vif débat en interne, où l'aile droite de son parti critique depuis des mois sa politique d'ouverture à plus d'un million de réfugiés et, de manière générale, une politique trop centriste.

Dès dimanche soir, les appels à un virage à droite ont émergé. «Nous avons délaissé notre flanc droit et il nous appartient à présent de combler le vide avec des positions tranchées», a ainsi demandé Horst Seehofer, président de la CSU bavaroise et conservatrice.

Le SPD dans l'opposition

Le SPD est donné à 20,6%, un score historiquement bas. La vice-présidente du parti, Manuela Schwesig, en a aussitôt tiré les conséquences, proclamant la mort de la «grande coalition» mise en place avec la CDU-CSU en 2013. Les électeurs ont envoyé un message clair pour retourner dans l'opposition, a renchéri le chef de file du SPD, Martin Schulz.

«Ce qui nous déprime tous en particulier, c'est la force de l'AfD, qui ramène pour la première fois un parti de droite dure au Parlement dans une telle position de force. C'est un tournant», a-t-il déploré. Il a promis de se battre au Bundestag pour ses «valeurs et principes de tolérance, du respect».

L'AfD troisième

Avec 13% des voix, l'AfD devient pour sa part la troisième force du parlement. «Le futur gouvernement, quel qu'il soit, devrait se préparer à des temps difficiles», s'est réjoui Alexander Gauland, un des deux chefs de file du parti.

«Nous allons changer ce pays (...) Nous allons faire la chasse à Madame Merkel. Nous allons récupérer notre pays», a-t-il ajouté.

Alors qu'il avait échoué aux portes du Bundestag en 2013, il devance désormais la gauche radicale Die Linke, les libéraux du FDP et les Verts, tous autour de 9-10%.

Coalition «jamaïcaine» ?

Angela Merkel s'est dite confiante d'avoir un gouvernement stable avant Noël. Elle est prête à discuter dès lundi avec le SPD, assurant qu'«il s'agit d'une question de responsabilité, une question pratique et non théorique».

Faute d'accord, la chancelière devrait tenter de former une coalition à trois avec les libéraux et les Verts. Mais la tâche s'annonce ardue en raison des divergences sur l'avenir du diesel ou l'immigration.

Le chef du FDP Christian Lindner s'est dit prêt sous conditions à entamer des négociations. «Nous ne nous laisserons pas entraîner dans une coalition parce que le SPD a décidé unilatéralement de se retirer dans l'opposition», a-t-il affirmé, faisant état de «points de convergence, mais également de divergence, autant avec la CDU/CSU qu'avec les Verts».

La dirigeante écologiste Katrin Göring-Eckardt a pour sa part dit s'attendre à des discussions «difficiles». «Je ne sais pas si cela aboutira à un quelconque résultat.» Reste qu'une coalition «jamaïcaine» ne recueille les faveurs que de 23% des électeurs, selon un sondage de l'ARD.

Macron félicite Merkel

Le président français Emmanuel Macron a déclaré dimanche soir sur Twitter avoir appelé la chancelière allemande.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.