Passer au contenu principal

La ministre Christiane Taubira démissionne

La ministre de la Justice et garde des Sceaux quitte ses fonctions, annonce l'Elysée.

Christiane Taubira est en désaccord avec l'exécutif sur le projet de déchéance de nationalité des auteurs d'actes de terrorisme.
Christiane Taubira est en désaccord avec l'exécutif sur le projet de déchéance de nationalité des auteurs d'actes de terrorisme.
Archives, Reuters

La ministre française de la Justice Christiane Taubira a démissionné, a indiqué mercredi l'Elysée. La garde des Sceaux était depuis des semaines en désaccord sur la déchéance de nationalité. Pour la remplacer, le président François Hollande a nommé le socialiste Jean-Jacques Urvoas.

François Hollande et Christiane Taubira «ont convenu de la nécessité de mettre fin à ses fonctions au moment où le débat sur la révision constitutionnelle s'ouvre à l'Assemblée nationale, aujourd'hui, en Commission des Lois», explique l'Elysée dans un communiqué.

Christiane Taubira s'est exprimée sur Twitter peu après l'annonce de sa démission:

Christiane Taubira a répété récemment son opposition au projet, porté par le chef de l'Etat, de déchéance de la nationalité des personnes condamnées pour des actes terroristes.

«Le président de la République a exprimé à Christiane Taubira, sa reconnaissance pour son action. Elle aura mené avec conviction, détermination et talent la réforme de la Justice et joué un rôle majeur dans l'adoption du mariage pour tous», poursuit le communiqué.

Réactions

Le vice-président du Front national, Florian Philippot, s'est réjoui de son départ. «C'est une très bonne nouvelle. C'était la pire ministre de la Justice que la Ve République ait jamais connue», a-t-il dit sur RTL.

Marine Le Pen, présidente du Front national (FN), a estimé que cette démission était «un soulagement» et «une bonne nouvelle pour la France», l'ex-garde des Sceaux ayant mené «une action publique absolument désastreuse pour notre pays».

Trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel doivent être nommés dans les prochaines semaines, un par le président de la République, un par le président du Sénat et un par le président de l'Assemblée nationale. Le nom de Christiane Taubira a été cité parmi les prétendants.

(ATS)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.