Passer au contenu principal

Les citoyens s’emparent de la crise des migrants

Des initiatives solidaires voient le jour partout en Europe. La photo du petit Aylan a dopé encore cet élan.

A la gare de Munich, terminus pour beaucoup de réfugiés arrivant de Hongrie, des citoyens allemands viennent les accueillir à bras ouverts, en brandissant des panneaux de bienvenue, leur apportant des bouteilles d’eau, de la nourriture, des langes pour bébé et des jouets pour les enfants.
A la gare de Munich, terminus pour beaucoup de réfugiés arrivant de Hongrie, des citoyens allemands viennent les accueillir à bras ouverts, en brandissant des panneaux de bienvenue, leur apportant des bouteilles d’eau, de la nourriture, des langes pour bébé et des jouets pour les enfants.
NICOLAS ARMER/EPA

La société civile est-elle en train de s’approprier la politique qu’il faut mener à l’égard des milliers de migrants qui arrivent en Europe? Devant l’incurie des gouvernements, incapables de s’accorder, très forts en revanche dans le chipotage, des citoyens de toute l’Europe sont en train de se lever pour offrir aux réfugiés de la guerre et de la misère un accueil digne de ce nom. Et depuis le choc planétaire causé par la diffusion de la photo du corps du petit garçon syrien Aylan, échoué sur une plage turque, ces initiatives solidaires et les promesses de dons explosent.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.