Passer au contenu principal

FranceMacron accepte la démission de Collomb

Le ministre français de l'Intérieur a arraché mardi sa démission en forçant la main d'Emmanuel Macron.

Soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, le ministre de l'Intérieur est candidat aux municipales à Lyon.
Soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, le ministre de l'Intérieur est candidat aux municipales à Lyon.
Keystone

Le président français Emmanuel Macron a accepté la démission de Gérard Collomb de son poste de ministre de l'intérieur, a annoncé l'Elysée mercredi. Il a demandé au premier ministre Edouard Philippe d'assurer l'intérim en attendant la nomination de son successeur.

Le conseil des ministres de mercredi se déroulera «avec le gouvernement ainsi constitué», a ajouté la présidence. Gérard Collomb avait remis sa démission pour la deuxième fois en 48 heures mardi afin de «revenir à Lyon» pour reprendre la mairie de la capitale des Gaules en 2020.

Cueilli en pleine séance des questions au gouvernement à l'assemblée nationale par cette annonce dans un entretien publié sur le site internet du Figaro, Edouard Philippe avait répondu qu'il proposerait au chef de l'Etat «les décisions qui s'imposent».

L'entourage d'Emmanuel Macron avait déclaré que le président conservait «toute son amitié à l'égard de Gérard Collomb». «Il trouve regrettable que Gérard Collomb se soit mis dans la situation le conduisant à devoir démissionner», avait-on ajouté.

«Une gêne»

Dans l'interview, Gérard Collomb dit vouloir continuer d'aider Emmanuel Macron. «Au poste que j'occupe, je peux être demain une gêne pour lui et le premier ministre. Et ce n'est pas ce que je souhaite», déclare celui qui fut maire de Lyon de 2001 à 2017.

«Compte tenu des rumeurs et des pressions qu'il peut y avoir, je ne veux pas que le fait que je sois candidat quelque part demain puisse troubler la marche du ministère de l'intérieur», poursuit-il. «Il faut une clarté vis-à-vis de nos concitoyens et une clarté vis-à-vis des Lyonnais.»

Gérard Collomb s'est déjà accordé avec l'actuel maire de Lyon, Georges Képénékian, pour reprendre son écharpe: «Nous avons convenu depuis longtemps que je reviendrai à la tête de la mairie pour préparer les échéances futures». M. Képénékian a remis mardi soir sa démission au préfet du Rhône. Des élections internes au conseil municipal devraient avoir lieu d'ici à une quinzaine de jours pour procéder officiellement à l'élection du nouveau maire.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.