Passer au contenu principal

Tout sur la course à la succession Theresa May

Depuis l'annonce le 24 mai du départ de la Première ministre britannique, le clan conservateur est en ébullition pour lui succéder.

On ne connaîtra que fin juillet le futur locataire du 10 Downing Street.

La Première ministre britannique Theresa May a démissionné le 24 mai dernier de la tête du Parti conservateur, ouvrant officiellement la course à sa succession qui désignera celui qui aura la lourde tâche de réussir là où elle a failli : mettre en œuvre le Brexit.

Afin de lui succéder, il faut d'abord être élu à la tête du Parti conservateur. En déposant leur candidature le 10 juin dernier, les prétendants se sont engagés dans une lutte pour le pouvoir souvent pleine de rebondissements et de coups de poignard dans le dos.

Première étape: diriger le parti

Peuvent se lancer dans la course des députés conservateurs bénéficiant du soutien d'au moins huit collègues. Les députés s'expriment d'abord sur les candidats lors d'une série de votes à bulletin secret jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que deux. C'est ensuite aux membres du parti de départager les finalistes, après une campagne menée dans tout le Royaume-Uni. Le nom du vainqueur devrait être connu dans la semaine du 22 juillet.

Jusqu'ici, c'est Boris Johnson qui caracole en tête. Le champion des pro-Brexit, aborde mercredi la suite de la compétition pour remplacer Theresa May en position de force, la question étant de plus en plus de savoir qui se qualifiera pour l'affronter en finale. Mercredi soir, il restera trois candidats face à lui après le troisième tour du vote des députés conservateurs. Et jeudi, il ne restera plus qu'un seul rival.

L'ancien maire de Londres et ex-ministre des Affaires étrangères de Mme May, tenant d'un Brexit dur, a terminé mardi largement en tête du 2e tour de scrutin destiné à élire le chef des tories - qui deviendra Premier ministre. Il a récolté 126 voix sur 313.

Quatre candidats en lice

Mercredi, outre lui, quatre candidats sont encore en lice. Celui qui rassemblera le moins de votes sera éliminé. Parmi les plus susceptibles de l'être, figurent le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, et celui du Développement international Rory Stewart. Ils ont obtenu respectivement 33 et 37 voix mardi.

Face au grand favori Boris Johnson, l'actuel chef de la diplomatie Jeremy Hunt veut lui incarner l'alternative «sérieuse» en mettant en avant ses succès d'entrepreneur, qui ont fait de lui un multi-millionnaire, et sa longue carrière politique. Lors du 2e débat sur la BBC, il a affirmé qu'un nouveau report du Brexit pourrait être nécessaire si un accord de sortie était à portée de main.

Les deux finalistes qui resteront jeudi seront ensuite départagés par les 160'000 membres du Parti conservateur dans la semaine du 22 juillet, le vainqueur devenant le nouveau Premier ministre.

La mise en oeuvre du Brexit sera la priorité du nouveau chef du gouvernement. Incapable de mettre en oeuvre la sortie de l'UE, Theresa May a démissionné le 7 juin de ses fonctions de chef du Parti conservateur Après trois rejets successifs par les députés de l'accord de retrait qu'elle a négocié avec Bruxelles, censé organiser une séparation en douceur, Theresa May a été contrainte de repousser au 31 octobre la date du Brexit, initialement programmé pour le 29 mars.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.