Une croissance économique plus faible que prévu

FranceLa croissance du produit intérieur brut (PIB) a atteint 1,1% en France en 2016, mais les résultats du quatrième trimestre sont prometteurs.

Michel Sapin, ministre de l'Economie et des Finances, lors d'une conférence franco-allemande.

Michel Sapin, ministre de l'Economie et des Finances, lors d'une conférence franco-allemande. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Malgré une accélération de l'activité au quatrième trimestre (0,4%), le taux de croissance est resté inférieur aux dernières prévisions publiées par l'institut de statistiques Insee, qui pariait sur une hausse de l'activité de 1,2% l'an passé, soit la même progression qu'en 2015.

Il est par ailleurs décevant au vu des objectifs fixés par le gouvernement. Ce dernier tablait sur une accélération de la croissance par rapport à l'an dernier, avec une hausse du PIB de 1,4% sur un an.

Recul du chômage

«Pour la deuxième année consécutive, l'activité économique aura été dynamique et aura permis de faire reculer le chômage, tout en réduisant le déficit public», a néanmoins réagi le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin, insistant sur les bons résultats du quatrième trimestre.

Sur les trois derniers mois de l'année, la croissance du PIB a atteint 0,4%, soit deux fois plus que le trimestre précédent, à la faveur d'une reprise de la consommation ( 0,6%) et de l'investissement des entreprises ( 1,3%).

«L'année 2016 se termine sur une note positive avec une activité qui accélère nettement au quatrième trimestre. C'est le signe d'une reprise qui s'installe durablement et, surtout, qui prend de l'ampleur», a assuré M. Sapin dans une réaction transmise à l'AFP.

«La confiance des ménages comme des chefs d'entreprise se situe à des niveaux élevés et promet un début d'année 2017 très dynamique, tant en termes d'activité que de créations d'emploi», a ajouté le ministre.

Consommation en hausse

Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages, qui contribuent traditionnellement à la solidité de l'activité, ont augmenté de 1,8% l'an dernier, après 1,4% en 2015.

L'investissement des entreprises, autre moteur indispensable à une reprise durable de l'activité, a pour sa part progressé de 4,3%, soit deux fois plus que l'année précédente ( 2%).

Selon l'Insee, cette dynamique devrait se poursuivre en 2017. L'organisme public prévoit ainsi une croissance de 0,3%, puis de 0,4% aux premier et deuxième trimestres 2017, grâce notamment à la bonne tenue des exportations.

Le taux de chômage devrait pour sa part légèrement reculer, pour atteindre à la mi-2017 9,5% de la population active en métropole et 9,8% avec l'outre-mer, grâce à un nombre d'emplois créés suffisant pour absorber la hausse de la population active. (ats/nxp)

Créé: 31.01.2017, 08h45

Articles en relation

L'écart entre très riches et très pauvres se creuse

Economie L'ONG britannique Oxfam tire la sonnette d'alarme, craignant que ce constat mine la cohésion sociale et la démocratie. Plus...

L’économie globale restera molle

La finance en direct Le capital humain s’érode, contribuant à la faiblesse des points potentiels de croissance Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.