Passer au contenu principal

«Nous croyons à cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

En invitant Poutine à Brégançon, Macron fait le pari à long terme de détourner la Russie de la Chine pour l’arrimer à l’Europe.

Emmanuel Macron et sa femme, Brigitte, souhaitent la bienvenue à Vladimir Poutine, lundi au fort de Brégançon, dans le sud de la France.
Emmanuel Macron et sa femme, Brigitte, souhaitent la bienvenue à Vladimir Poutine, lundi au fort de Brégançon, dans le sud de la France.
AP/Gérard Julien

Attendu par le couple présidentiel lundi dans la cour du fort de Brégançon, Vladimir Poutine arrive seul, avec un bouquet à la main, qu’il offre à la femme du président après avoir sauté en souplesse les dernières marches d’escalier. Le ton est donné: on est dans un cadre spécial, une sorte d’intimité solennelle, et c’est comme s’il se rendait à une invitation amicale. À vrai dire, l’illusion dure peu, car après quelques instants de discussion Brigitte Macron quitte les deux présidents qui rejoignent leurs petites délégations et un groupe réduit de journalistes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.