Le délicat «alliage» du gouvernement Macron

FranceLa nomination du premier ministre interviendra au lendemain de sa prise de fonction, probablement le lundi 15 mai, et le gouvernement sera dévoilé le mardi 16.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un gouvernement incarnant la promesse de «renouvellement», mais avec quelques figures politiques plus expérimentées pour former un «alliage»: après sa victoire dimanche soir, le président français élu Emmanuel Macron a quelques jours pour constituer son premier exécutif «et de gauche et de droite».

«Ce sera un alliage de femmes et d'hommes neufs qui ont une légitimité dans la vie civile, c'est-à-dire des légitimités professionnelles fortes ou une légitimité à la tête d'exécutifs locaux, mais que l'on n'a pas vus ces dernières décennies dans les gouvernements et quelques responsables qui ont une expérience un peu supérieure», selon les dernières pistes données par M. Macron vendredi.

La semaine qui s'ouvre, avant la passation de pouvoir le week-end prochain à l'Elysée, y sera largement consacrée. Dans les plans de l'équipe Macron, la nomination du premier ministre interviendra au lendemain de sa prise de fonction, probablement le lundi 15 mai, et le gouvernement sera dévoilé le mardi 16.

Matignon

Le futur chef de l'Etat, qui hésitait jusque-là entre deux personnes - un homme et une femme -, a choisi celui ou celle qu'il nommera à Matignon mais sans en avoir «parlé à personne».

L'ex-ministre de l'économie a défini ses critères: «Compétence et capacité à diriger une équipe gouvernementale et une nouvelle majorité», donc plutôt une personne «politique» que quelqu'un de la «société civile». Il avait évoqué son souhait de nommer une femme, mais il ne s'agissait pas d'une promesse.

Trois options se présentent au successeur de François Hollande: d'abord, un fidèle, comme le député PS du Finistère Richard Ferrand, un des premiers à s'être mis «en marche». Pas de risque de friture sur la ligne Elysée-Matignon mais celui de nommer quelqu'un qui n'a jamais été ministre.

Une figure centriste aussi. En ralliant Emmanuel Macron et en renonçant à sa propre candidature, François Bayrou peut se targuer d'avoir donné un coup de pouce décisif et de dépasser, lui aussi, le clivage droite-gauche. Mais côté renouvellement, le président du MoDem a 66 ans et il était déjà ministre... en 1993.

Xavier Bertrand

Mêmes avantages et défauts pour un autre poids lourd centriste: l'UDI Jean-Louis Borloo, ministre sous Nicolas Sarkozy et qui, à 66 ans, s'est dit prêt à se «retrousser les manches».

Dernière option: une «prise de guerre» chez Les Républicains. De quoi semer la zizanie avant des législatives où la droite s'annonce comme le principal obstacle à une majorité pour Emmanuel Macron.

Ce dernier a lui-même fait un appel du pied à Xavier Bertrand, mais le président LR de la région Hauts-de-France a dit son attachement «au projet de la droite et au centre». Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, c'est «non»: «Je ne suis pas Bruno Le Maire», a-t-elle lancé au JDD. L'ex-candidat à la primaire de la droite s'est en effet rapproché du camp Macron et n'exclut pas de se présenter dans l'Eure aux législatives sous l'étiquette «majorité présidentielle».

Pour son gouvernement - a priori, une quinzaine de ministres et un nombre indéterminé de secrétaires d'Etat - Emmanuel Macron peut puiser dans ses deux viviers, l'un politique, l'autre composé de «technocrates» et de figures de la société civile.

Gouvernement

Côté politique, les «anciens», comme les socialistes Jean-Yves Le Drian, Gérard Collomb et Bertrand Delanoë, le centriste Jean Arthuis ou encore l'ex-UMP Jean-Paul Delevoye sont expérimentés, mais risquent quasiment tous de pâtir de leur statut de septuagénaires.

Dans ceux qui correspondent plus au profil: Christophe Castaner, qui a eu un rôle de premier plan dans la campagne, le député PS Arnaud Leroy, les MoDem Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez, le directeur de campagne Jean-Marie Girier ou encore la transfuge juppéiste Aurore Bergé.

Eux aussi transfuges, Renaud Dutreil, Anne-Marie Idrac ou Corinne Lepage ont l'inconvénient d'être déjà passés au gouvernement sous Jacques Chirac. Le camp Macron espère des prises côté LR, par exemple le député-maire du Havre Edouard Philippe, proche d'Alain Juppé.

Autre réservoir: la société civile. Les économistes Jean Pisany-Ferry, Philippe Martin ou Marc Ferracci ont été les têtes pensantes du programme économique. Y figurent également le spécialiste de l'action sociale Jean-Marc Borello, l'ex-cadre dirigeant de Bouygues Telecom Didier Casas ou la communicante Axelle Tessandier, l'avocate Laetitia Avia ou encore la multicartes Marlène Schiappa.

Le candidat d'En Marche! est également entouré de moult conseillers très diplômés, trentenaires ou jeunes quadragénaires, qui pourraient être alignés au gouvernement ou à des postes clés à l'assemblée nationale et à l'Elysée. (ats/nxp)

Créé: 08.05.2017, 06h52

Articles en relation

La bataille des législatives commence

France Macron va-t-il réussir son pari ? Le FN prendra-t-il sa revanche ? Où seront LR et PS ? Autant de questions sans réponse. Plus...

L'élection de Macron s'impose à la Une

Presse Tout reste à faire pour le plus jeune chef de l'Etat français, selon la presse française et étrangère. Revue de presse. Plus...

L'euro grimpe après la victoire de Macron

Economie Après l'élection du candidat libéral et pro-européen en France, la monnaie européenne s'affiche en hausse lundi. Plus...

Emmanuel Macron est élu président de la République

Présidentielle française Le centriste a été élu avec plus de 65% des suffrages et devient le plus jeune président de l'histoire de la République française. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.