Il y a au moins deux cellules djihadistes établies entre Bruxelles et Paris

TerrorismeDes arrestations ont eu lieu dans les deux capitales. Le djihad franco-belge aurait enfanté plusieurs monstres.

Descente de police dans la commune de Schaerbeek. Hier, la police belge y a interpellé trois hommes, dont l'un a été blessé.

Descente de police dans la commune de Schaerbeek. Hier, la police belge y a interpellé trois hommes, dont l'un a été blessé. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n’est pas une seule cellule terroriste mais bien une nébuleuse djihadiste franco-belge à laquelle se sont attaquées les forces de sécurité ces derniers jours. Vendredi, la police belge a interpellé trois hommes, dont l’un a été blessé lors d’une opération de police à Schaerbeek, dans l’agglomération bruxelloise. Des coups de feu avaient été entendus à la mi-journée. Avec l’arrestation de Reda Kriket jeudi soir à Argenteuil dans le nord de Paris, c’est un attentat qui a été déjoué, selon le ministre de l’Intérieur français, Bernard Cazeneuve. Les opérations de Schaerbeek et d’Argenteuil sont liées, communique la Belgique.

Par ailleurs, Bruxelles a arrêté, jeudi encore, sept personnes dans le cadre de l’enquête sur les attentats de mardi qui ont fait au moins 31 morts à l’aéroport et dans le métro de Bruxelles. L’un des interpellés pourrait être l’homme au chapeau sur l’image de vidéosurveillance. Le Parquet belge a aussi confirmé que le second kamikaze de l’aéroport était Najim Laachraoui.

Les cellules djihadistes se toucheraient-elles sans forcément se confondre? C’est la conclusion des opérations menées ces dernières heures entre Bruxelles et Paris. Ainsi, l’interpellation de jeudi à Argenteuil est intervenue après une longue enquête dont le point départ n’est ni les attentats de Paris ni ceux de Bruxelles, a précisé Bernard Cazeneuve.

Urgence

«Il est de plus en plus évident que les réseaux djihadistes ont bel et bien pris pied en Europe», affirme Jean-Charles Brisard. Pour ce spécialiste des questions de sécurité et de terrorisme, l’urgence est donc aux enquêtes de police pour répondre à la menace interne à l’Union européenne. Ainsi, par rapport aux commandos de Paris en novembre et de Bruxelles mardi dernier, Jean-Charles Brisard affirme: «Il ne faut pas écarter l’hypothèse que d’autres cellules existent et préparent d’autres actions.»

«L’inquiétant est de constater qu’à Bruxelles comme à Argenteuil, les gars qui se sont fait piquer faisaient l’objet d’une pièce de justice – mandat d’arrêt ou contrôle judiciaire – et qu’il ne se passait pas grand-chose», commente Alain Marsaud. L’ex-juge et député Les Républicains fait partie de la commission d’enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris. Il est l’une des voix les plus critiques de l’antiterrorisme.

En effet, Reda Kriket, Français de 34 ans, a été condamné (en son absence) en juillet 2015 dans le procès d’une filière de recrutement djihadiste en Belgique en compagnie d’Abdelhamid Abaaoud. Ce dernier, mort lors de l’assaut de Saint-Denis le 18 novembre, est le cerveau présumé des attaques du 13 novembre à Paris.

Tous deux (Reda Kriket et Abdelhamid Abaaoud) faisaient partie de la mouvance de Khalid Zerkani (41 ans). Ce prédicateur bruxellois avait été qualifié par les autorités judiciaires de «plus grand recruteur de candidats au djihad qu’on ait jamais connu en Belgique». Najim Laachraoui, l’un des kamikazes de Bruxelles, en était aussi.

«Sentiment d’impunité!»

«De fait, nous avons moins un problème de renseignement qu’un souci avec les services judiciaires et les remises de peine», glisse Alain Marsaud. «On constate d’ailleurs que la plupart de ces individus sont connus, parfois déjà condamnés pour des actes de grand banditisme mais aussi d’activités en lien avec le terrorisme. Le laxisme ambiant a permis l’érosion des peines et l’incapacité du politique à formuler une stratégie de sanction claire. Le sentiment d’impunité est grand et explique aussi l’espèce de toupet avec lequel ces terroristes pourtant recherchés se déplacent en Europe», fustige Alain Marsaud.

La réaction de François Hollande étaye également la piste de la multiplicité des cellules djihadistes. Le président de la République a en effet expliqué vendredi que le réseau des attentats de Paris et Bruxelles était «en voie d’être anéanti», mais qu’il y a «d’autres réseaux». Selon le think tank américain Soufan Group, quelque 500 radicalisés de retour de Syrie et d’Irak pourraient envisager de passer à l’acte en Europe. «Le contrôle aux frontières n’est plus le sujet. Puisque ceux qui veulent frapper sont déjà présents sur sol européen», répète Jean-Charles Brisard.

Créé: 25.03.2016, 21h30

En bref

Mutisme Suspect clé des attentats de Paris, Salah Abdeslam, arrêté le 18 mars à Bruxelles, refuse de coopérer avec la police depuis les attentats de mardi dans la capitale belge, a indiqué vendredi le ministre de la Justice, Koen Geens.

Condamnation Après les «Allahou Akbar» qui ponctuent la prière du vendredi, des «Vive la Belgique» ont été lancés, vendredi à la Grande Mosquée de Bruxelles, et l’imam Ndiaye Mouhameth Galaye a condamné avec «fermeté» les attentats.

Neuf nationalités Trois jours après les attentats de Bruxelles, les décès de ressortissants de neuf nationalités, dont des Américains, des Néerlandais, des Allemands, un Chinois, un Britannique et un Français, ont été confirmés vendredi à mesure que les 31 corps retrouvés étaient identifiés.

AFP

John Kerry désamorce la polémique

Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a défendu vendredi la Belgique et ses alliés européens, accusés depuis les attentats de Bruxelles de laxisme dans la lutte antiterroriste.Il faut dire que les révélations du président turc Erdogan selon lequel Ibrahim El Bakraoui – l’un des kamikazes qui s’est fait exploser à l’aéroport de Bruxelles – avait été signalé par les autorités turques à leurs homologues belges lors de son expulsion de Turquie vers la Belgique via les Pays-Bas, en juillet dernier, ont provoqué une tempête politique dans le royaume.

Reconnaissant «des erreurs» dans le suivi du dossier d’El Bakraoui, les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Jan Jambon et Koen Geens, ont donné jeudi leur démission, qui a été refusée par le premier ministre Charles Michel. Suite à ce pataquès, le parlement belge a décidé de mettre sur pied une commission d’enquête parlementaire, aux pouvoirs étendus, pour faire la lumière sur d’éventuels ratés dans les enquêtes liées au terrorisme.

C’est dans ce contexte, et alors qu’il est venu à Bruxelles pour marquer la solidarité des Etats-Unis, que John Kerry a insisté, vendredi, sur le travail fait par le gouvernement Michel et la coopération étroite des autorités belges avec les agences américaines pour empêcher des projets d’attentats de se concrétiser et démanteler les réseaux de djihadistes de retour de Syrie.

«Ce gouvernement est au pouvoir depuis un an et il a agi de manière très forte contre le terrorisme», a assuré Kerry, en qualifiant les critiques de «frénétiques et inappropriées».

Le chef du Département d’Etat a souligné que les agences américaines chargées du contre-terrorisme continueront de collaborer avec les autorités en Europe pour améliorer les échanges de renseignement sur le continent.

Brett McGurk, représentant du président Obama au sein des coalitions antiterroristes, a dit avoir constaté «de grandes avancées» depuis la formation du gouvernement belge en octobre 2014. «Il y a eu plus de 160 condamnations liées au terrorisme ici (ndlr: en Belgique) l’an dernier», a-t-il souligné.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...