Donetsk prépare sa confrontation avec l'armée

UKRAINEAlors que les forces armées ukrainiennes avancent vers la principale place forte prorusse, les rebelles se préparaient lundi à défendre Donetsk.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les rebelles prorusses se préparaient lundi à défendre leur principale place forte de Donetsk, alors que les forces de Kiev avançaient dans sa direction, après avoir pris samedi et dimanche plusieurs villes, dont Slaviansk, abandonnée sans combat par les insurgés.

Ci-dessous, les images de France 24:

Plusieurs leaders séparatistes ont affiché leur détermination à livrer bataille après ce «repli tactique», affirmant même, comme l'a dit l'un d'entre eux, Denis Pouchiline, que la défense de Donetsk, la capitale du bassin houiller du Donbass, allait marquer un tournant dans leur conflit avec Kiev.

Une résistance mise à mal

Le «vice-Premier ministre» de la république autoproclamée de Donetsk, Andreï Pourguine, a reconnu que les rebelles n'avaient «peut-être pas» assez de forces pour résister à l'armée de Kiev.

«S'ils (les loyalistes) commencent à raser cette ville comme ils ont rasé Slaviansk j'espère que le monde ne restera pas sans réagir à l'extermination de milliers de civils pacifiques dans leurs maisons», a-t-il ajouté.

Flou autour de l'aide russe

Interrogé sur l'aide de la Russie, il a évité d'évoquer son aspect militaire. «Il y a une aide humanitaire, médicale, des organisations de la société civile russe, il y a une aide de la Fédération de Russie au niveau des pourparlers, la Russie participe aux consultations, (le chef de la diplomatie Sergueï) Lavrov discute personnellement avec les Européens. Bien sûr on pourrait attendre plus mais ce n'est déjà pas mal».

Quant à l'aide militaire, elle «doit répondre à (des résolutions du) Conseil de sécurité de l'ONU, au maintien de la paix ou à des états de catastrophe humanitaire. Et je ne vois pas ici de telle tragédie, mais une tragédie émotionnelle», a encore dit Andreï Pourguine.

Quelques milliers de combattants

Lundi la ville était calme et on ne notait pas de préparatifs militaires ou de présence accrue d'hommes armés dans les rues du centre où peu de gens circulaient. Le potentiel militaire des rebelles - qui compteraient au total quelques milliers de combattants dans les régions de Donetsk et Lougansk - est difficile à mesurer.

Des colonnes de véhicules transportant plusieurs centaines d'hommes ont été vues entrant à Donetsk pendant le week-end, ainsi que des blindés et des camions montés de canons anti-aériens. Défendre une aussi grande ville n'est pas évident, même si des points de contrôle renforcés ont été érigés par les rebelles sur les grands axes.

Complexe mission pour l'armée ukrainienne

Cependant, l'armée ukrainienne est confrontée à une tâche difficile. Donetsk compte un million d'habitants et le président ukrainien Petro Porochenko s'est engagé solennellement à ne pas les mettre en danger.

Entrer dans la ville avec des chars et des blindés exposeraient ceux-ci aux tirs d'armes anti-char, dont les rebelles sont amplement pourvus. Et une éventuelle guérilla urbaine, évoquée par les insurgés, ferait couler beaucoup de sang.

Selon l'ancien ministre de la Défense par intérim, Mykhaïlo Koval, la stratégie, conçue par le président Petro Porochenko lui-même, consiste à établir un «blocus» tant de Donetsk que de l'autre grande ville rebelle, Lougansk. Ce «blocus complet» forcera les rebelles «à déposer les armes», a-t-il estimé à la télévision.

Quel sera le rôle des civils de la région?

De fait, les forces loyalistes resserrent leur étau. Présentes depuis le début aux portes de Donetsk à l'ouest, où elles ont toujours gardé le contrôle de l'aéroport autour duquel se déroulent régulièrement des combats sporadiques, elles se rapprochent par le nord depuis trois jours.

La grande inconnue reste l'appui que les habitants de Donetsk sont prêts à donner aux combattants insurgés. Dimanche, plus de deux mille partisans de la «République populaire de Donetsk» - un nombre qui paraît modeste par rapport au million de ses habitants - se sont rassemblés pour proclamer leur intention de défendre la ville.

Une autre incertitude est le degré de soutien que le Kremlin pourrait offrir aux insurgés face à l'offensive sur Donetsk.

Pousser Kiev à accepter un cessez-le-feu

Pour Volodymyr Fessenko, chef du centre d'études politiques Penta, certes, «il y aura des pressions (en Russie) sur Poutine pour faire entrer ses troupes dans le Donbass, mais il est plus probable que Moscou soutiendra les séparatistes par des livraisons d'armes et une concentration de ses troupes à la frontière», car une intervention directe «provoquerait une troisième vague de sanctions et Poutine voudrait l'éviter».

Sur le plan diplomatique, Moscou jouit d'un appui indirect des Européens, et notamment de Berlin, qui cherche à pousser Kiev à accepter un cessez-le-feu inconditionnel, ce que l'Ukraine refuse, jugeant qu'il ne ferait que renforcer les rebelles, tant qu'ils contrôlent des parties de la frontière avec la Russie.

(afp/nxp)

Créé: 07.07.2014, 20h58

Articles en relation

L'armée progresse, Slaviansk retrouve la paix

Ukraine Deux bastions des insurgés, Slaviansk et Kramatorsk, ont été repris samedi par l'armée ukrainienne. Les forces de Kiev avancent désormais vers Donetsk. Plus...

Les rebelles prorusses cèdent du terrain à Slaviansk

Conflit en Ukraine En provoquant la fuite des combattants prorusses de leur bastion de Slaviansk, dans l'Est de l'Ukraine, les forces gouvernementales semblent marquer des points dans la région. Plus...

Le parlement ukrainien vote le projet de loi sur l'énergie

Crise en Ukraine Ce projet de loi renforce le contrôle de Kiev sur le secteur énergétique du pays. Plus...

Merkel et Hollande demandent à Poutine d'intervenir

Cessez-le-feu en Ukraine François Hollande et Angela Merkel ont demandé jeudi au président russe Vladimir Poutine d'intervenir auprès des séparatistes ukrainiens pour les amener à négocier avec Kiev. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.