Passer au contenu principal

Comment Emmanuel Macron a perdu son pouvoir d’attraction

La démission de Gérard Collomb traduit un reflux plus profond. Des ministres qui partent ou envisagent de le faire.

Emmanuel Macron a fini par accepter la démission de Gérard Collomb. La Macronie entre dans une zone de fortes turbulances...
Emmanuel Macron a fini par accepter la démission de Gérard Collomb. La Macronie entre dans une zone de fortes turbulances...

La scène aurait été inimaginable il y a quelques mois à peine. Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur et premier des «marcheurs», remettant lundi sa démission à Emmanuel Macron, qui la refuse. Avant d’insister ce mardi pour partir! Qu’il est loin le temps – il remonte aux législatives de juin 2017- où tout le monde voulait sa photo à côté de celle du président sur les affiches. C’était alors le gage d’un succès politique. Un an et demi après la présidentielle, ce sont les forces centrifuges qui sont désormais à l’œuvre. «Tant que le macronisme était signe de victoire, on venait vers lui. Ce n’est plus le cas», analyse Jean-Daniel Levy, directeur du département politique et opinion de l’institut Harris Interactive. «Un des éléments qui faisaient la force d’Emmanuel Macron, c’était le sentiment qu’il maîtrisait les choses. Or les Français ont maintenant le sentiment qu’il ne maîtrise plus ni son gouvernement, ni l’efficacité de son action.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.