Emporté par un scandale sexuel, Benjamin Griveaux plombe la Macronie à Paris

FranceLe parti présidentiel cherche un nouveau candidat à la Mairie de la capitale après le retrait de son poulain.

Une vidéo embarrassante de Benjamin Griveaux a fuité.

Une vidéo embarrassante de Benjamin Griveaux a fuité. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n’est pas l’affaire DSK. Rien de comparable avec l’explosion en plein vol de son ancien mentor qui partait favori pour la présidentielle de 2012 avant que n’éclate le scandale du Sofitel de New York. Rien d’illégal n’est reproché à Benjamin Griveaux. Mais les faisceaux du tonnerre qui s’est abattu sur le désormais ex-candidat de La République en marche! (LREM) à la Mairie de Paris se sont propagés jusqu’à l’Élysée. C’est toute la Macronie qui trébuche à un mois des municipales. Car qui acceptera désormais de reprendre une campagne qui a toutes les chances de virer au naufrage?

La République en marche! a entamé dès vendredi son conclave pour désigner le malheureux élu ou la malheureuse élue après la désintégration de l’ex-porte-parole du gouvernement. Les ministres Agnès Buzyn et Marlène Schiappa ont fait savoir qu’elles n’étaient pas demandeuses. Restent les «régionaux de l’étape», les Delphine Bürkli (maire du 9e arrondissement de Paris) ou Pierre-Yves Bournazel (conseiller de la capitale). Mais ceux-là, tout comme l’ex-secrétaire d’État Mounir Mahjoubi, souffrent d’un déficit d’image. Et l’Élysée, qui avait tenté (en vain!) de débrancher Cédric Villani, ne peut tout de même pas le rappeler pour lui accoler le dossard LREM. C’est dire le désarroi du pouvoir après le «Griveaux Gate».

«Des attaques ignobles»

Les rumeurs allaient bon train depuis la veille. Vendredi matin, Benjamin Griveaux a jeté l’éponge lors d’une déclaration enregistrée, le teint livide et la voix blanche. «Je connaissais la dureté de la vie politique. Un pas de plus a été franchi. Un site et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettent en cause ma vie privée. Personne ne devrait subir une telle violence.»

Une vidéo et des messages à caractère sexuel avaient été relayés sur les réseaux sociaux. Notamment par Joachim Son-Forget, le fantasque député des Français de Suisse, excommunié du parti présidentiel. Sur son compte Twitter, il avait accompagné le lien de ce message: «J’espère que ces vidéos sexuelles affligeantes incriminant Benjamin Griveaux et une jeune femme seront démenties par l’intéressé et son équipe car une telle diffamation serait extrêmement grave dans la campagne à Paris.» De quoi booster sa candidature à la présidentielle de 2022, la dernière de ses frasques?

Je connaissais la dureté de la vie politique. Un pas de plus a été franchi

Benjamin Griveaux, Ex-candidat LREM à la Mairie de Paris

Le contenu sulfureux montre une scène de masturbation filmée et des messages érotiques entre adultes consentants. Rien d’illégal donc. Mais l’effet de souffle était garanti. L’opération est revendiquée par un activiste russe, Piotr Pavlenski, déjà condamné pour avoir incendié un bâtiment de la Banque de France. Il s’agissait de montrer la contradiction entre les valeurs familiales prônées par le candidat et sa vie privée réelle, s’est-il fait mousser.

La classe politique, presque unanime, a dénoncé le lynchage. La maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a appelé «au respect de la vie privée et des personnes». Son challenger Cédric Villani a évoqué une «menace grave pour la démocratie». «Refusons le naufrage voyeuriste de la vie publique», a lancé l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon. «On ne cherche pas à élire un saint», a estimé le porte-parole du Rassemblement national, Sébastien Chenu. Seule la députée Les Républicains (LR) Valérie Boyer a surfé à contre-courant, parlant de la «bêtise et de la vulgarité» de Benjamin Griveaux.

La bataille de Paris est décidément maudite pour la majorité. C’est sur Benjamin Griveaux que le chef de l’État comptait pour décrocher la capitale. Mais dès sa mise sur orbite, en juillet dernier, la campagne de Benjamin Griveaux avait été plombée. Il avait fallu affronter la dissidence de Cédric Villani. Puis les mauvais sondages qui, le mois dernier encore, ne plaçaient le poulain de l’Élysée qu’à la troisième place, derrière la maire sortante Anne Hidalgo et la candidate de la droite, Rachida Dati. Même les propositions-chocs du candidat de la majorité (comme créer un «Central Park» sur le site de la gare de l’Est) n’avaient pas pu ranimer un encéphalogramme désespérément plat. Benjamin Griveaux aura bel et bien fini par faire le buzz. Mais à son corps défendant.

Créé: 14.02.2020, 20h27

Articles en relation

Benjamin Griveaux renonce à la mairie de Paris suite à un scandale sexuel

Paris Une vidéo à caractère sexuel a été mise en ligne. Dénonçant une attaque ignoble, le candidat LREM jette l’éponge. Un coup dur pour Emmanuel Macron. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.