L'enquête sur le vol Rio-Paris déçoit les familles des victimes

Accident d'avionLes familles des victimes du vol d'Air France Rio-Paris, qui a fait 228 morts le 1er juin 2009, estiment que les défaillances techniques ne sont pas suffisamment mises en avant dans le rapport final.

Robert Soulas (à gauche), président de l'association «Entraide et Solidarité AF447».

Robert Soulas (à gauche), président de l'association «Entraide et Solidarité AF447». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je suis un peu déçue. Les enquêteurs pensent que les pilotes ont fait des erreurs, c'est la seule raison», a déclaré Barbara Crolow, de nationalité allemande, à l'issue d'une réunion jeudi avec les responsables des investigations au Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA).

Quelques proches des victimes ont été reçus toute la matinée au BEA au Bourget, près de Paris. Cet organisme d'Etat était chargé de déterminer les causes techniques de la catastrophe. Le BEA, qui doit publier son rapport final jeudi après-midi, a présenté aux familles ses principales conclusions sans toutefois leur remettre le document.

«J'ai l'impression qu'on invoque toujours l'erreur humaine à laquelle je ne crois pas du tout», a déclaré de son côté Keiko Marinho, représentante de l'association brésilienne AF VV447 et soeur d'une victime.

«Personnellement, je suis très content»

John Clemens, qui a perdu un frère dans l'accident, a au contraire estimé que le BEA avait fait un très bon travail. «Il y a beaucoup plus d'informations que précédemment. Les autorités ont bien travaillé avec beaucoup de recommandations de sécurité», a-t-il souligné, se disant «satisfait des conclusions».

«Personnellement, je suis très content», a-t-il ajouté. Dans son rapport préliminaire de juillet 2011, le BEA avait largement incriminé les pilotes estimant qu'ils n'avaient pas su faire face aux incidents survenus lors des dernières minutes du vol.

Il avait relevé des réponses inadéquates à la perte des indicateurs de vitesse survenue à la suite du givrage des Pitot, à laquelle les pilotes n'étaient pas entraînés à faire face, et le décrochage de l'appareil qu'ils ne semblent pas avoir détecté. De leur côté, les experts judiciaires mettent en avant une conjonction de défaillances techniques, de procédures inadaptées et d'actions inappropriées. (afp/nxp)

Créé: 05.07.2012, 14h02

Articles en relation

«L'équipage a perdu le contrôle de la situation»

Crash du vol Rio-Paris Des facteurs humains mêlés à des défaillances techniques, notamment le givrage des sondes «Pitot», sont à l'origine de l'accident de l'Airbus d'Air France, qui avait provoqué la mort de 228 personnes, dont trois Suisses. Plus...

Rio-Paris: erreurs humaines et défaillances techniques

Accident d'avion Le rapport des experts judiciaires sur l'accident du Rio-Paris en 2009, qui sera présenté le 10 juillet aux familles, conclut à une conjonction d'erreurs humaines et de défaillances techniques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.