Passer au contenu principal

L’ère Macron an 2 s’annonce plus difficile…

Tailles budgétaires, réformes délicates: Emmanuel Macron affronte une rentrée difficile. Mais pour l’opposition aussi, tout n’est pas rose.

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des finances (3e à g.) et Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics (centre) vont devoir présenter un budget plus serré que prévu à cause du ralentissement de la croissance.
Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des finances (3e à g.) et Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics (centre) vont devoir présenter un budget plus serré que prévu à cause du ralentissement de la croissance.
REUTERS/CHARLES PLATIAU

Vendredi dernier, lors d’un de ses derniers bains de foule de vacances au Fort de Brégançon, Emmanuel Macron avait averti: «Ne croyez pas une seconde que je compte ralentir ou dévier.» Le mot d’ordre était clair: on va continuer, reprendre le rythme, on ne ralentira pas les réformes. Et mercredi en fin de matinée à l’Élysée, pour conclure le Conseil des ministres qui marquait la rentrée politique, le président a délivré une citation de Georges Clemenceau que le porte-parole du gouvernement a religieusement rapportée devant la presse: «Rien ne nous ferait fléchir dans notre inébranlable résolution de transformer.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.