Passer au contenu principal

Espoir déçu à Lausanne et camouflet à Londres

La reprise des pourparlers au bord du Léman n’a pas permis de faire cesser le pilonnage d’Alep. Et Paris a été taclé par Moscou.

EPA

La reprise de simples discussions sur la Syrie à Lausanne entre le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, et le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, samedi, était presque une victoire après la rupture entre Moscou et Washington au sujet des bombardements russes à Alep, le 3 octobre. Mais l’air paisible des bords du lac et un tour de table impliquant toutes les puissances régionales (Arabie saoudite, Turquie, Iran, Qatar, Jordanie, Irak, Egypte) n’auront pas suffi à faire cesser la destruction d’Alep et de sa population civile.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.