Passer au contenu principal

DiplomatieL’Europe reste indispensable pour les USA, selon Biden

Le vice-président des Etats-Unis, Joe Biden, a appelé samedi au renforcement des liens transatlantiques car l’Europe reste "le partenaire indispensable des Etats-Unis" et vice-versa.

"Le président Barak Obama et moi sommes convaincus que l’Europe demeure la pierre angulaire de l’engagement des Etats-Unis dans le monde", a déclaré samedi le vice-président américain Joe Biden devant la Conférence sur la sécurité de Munich, qui réunit des dizaines de hauts responsables du monde entier jusqu’à dimanche. "Rien n’a changé", a-t-il ajouté.

S’adressant aux responsables européens présents, il a assuré que les Etats-Unis restaient "votre indispensable partenaire" tout comme ils devaient demeurer "les partenaires indispensables des Etats-Unis".

M. Biden a toutefois appelé les pays européens à "coopérer davantage" avec les Etats-Unis pour assurer la stabilité de la région Asie-Pacifique, qui est "aussi dans leur intérêt".

Ces dernières années, l’administration Obama a publiquement fait de l’Asie-Pacifique le "pivot" de sa diplomatie, notamment en y accroissant leurs capacités diplomatiques et militaires.

En ce sens, le second mandat de la présidence Obama ouvre "un nouveau chapitre", celui de "la fin d’une décennie de guerres commencée après le 11 septembre" 2001, avec le retrait progressif des troupes américaines d’Afghanistan d’ici la fin 2014, a précisé le vice-président.

Intervenant après M. Biden, le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a insisté sur la nécessité de rééquilibrer "l’indispensable" partenariat transatlantique.

"Au cours de la décennie depuis 2001, la part des Etats-Unis dans le financement des dépenses militaires de l’Otan a augmenté de 63% à 72%", alors que "tous les pays européens, à l’exception de trois, réduisaient leur budget de défense", a-t-il expliqué.

"Je suis préoccupé par ce fossé (...) Nous devons prendre des mesures concrètes pour le corriger. J’aimerais voir qu’aucun allié ne fournisse seul plus de 50% de certaines capacités importantes (...) Cela va obliger les alliés européens à faire plus", a-t-il ajouté.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.