Passer au contenu principal

Les Européens sceptiques sur une paix durable

Un accord a été conclu sur un cessez-le-feu et une zone démilitarisée, jeudi à Minsk. Mais Paris et Berlin ne se font «aucune illusion». Les obstacles restent encore très nombreux.

11 février 2015. Le président biélorusse Alexander Lukashenko, le président russe Vladimir Poutine, la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Francois Hollande et le président ukrainien Petro Poroshenko (de gauche à droite) se placent pour la photo officielle au palais présidentiel à Minsk.
11 février 2015. Le président biélorusse Alexander Lukashenko, le président russe Vladimir Poutine, la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Francois Hollande et le président ukrainien Petro Poroshenko (de gauche à droite) se placent pour la photo officielle au palais présidentiel à Minsk.
AFP

Il aura fallu dix-sept heures de négociations entre dirigeants allemand, français, ukrainien et russe à Minsk pour parvenir à un plan de paix sur l’Ukraine. Mais les Européens restent prudents, voire sceptiques, face à cet accord obtenu à l’arraché. Si ce compromis ouvre le chemin de la paix, les obstacles restent nombreux.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.